Réglementation
thermique

RT 2012

et bâtiments à

structure en acier

Réglementation thermique
Textes, dates de mise en application et
attestations
Textes de référence :
• Décret n° 2010-1269 du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des
constructions.
• Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments.
• Décret n° 2011-544 du 18 mai 2011 relatif aux attestations de
prise en compte de la réglementation thermique et de réalisation d’une étude de faisabilité relative aux approvisionnements en énergie pour les bâtiments neufs ou les parties
nouvelles de bâtiments.
• Arrêté du 20 juillet 2011 portant approbation de la méthode de
calcul Th-B-C-E.

CTICM octobre 2011

Application :
• À partir du 28 octobre 2011  : bâtiments neufs de bureaux ou
d’enseignement, les établissements d’accueil de la petite enfance et les bâtiments à usage d’habitation construits en zone
ANRU.
• Un an après la publication des arrêtés spéciques pour les
autres bâtiments tertiaires.
• À partir du 1er janvier 2013 : pour les autres bâtiments neufs à
usage d’habitation.
Attestations de prise en compte de la RT 2012 :
• Au dépôt de la demande de permis de construire : attestation
par le maître d’ouvrage de la réalisation de l’étude de faisabilité d’approvisionnement en énergie et de la prise en compte
de la réglementation thermique.
• À la réception  : attestation par le maître d’ouvrage que le
maître d’œuvre a pris en compte la réglementation thermique.
L’attestation est réalisée par un contrôleur technique, un diagnostiqueur, un organisme certicateur ou un architecte.

RT 2012

De la RT 2005 à la RT 2012
RT 2005

RT 2012

Exigences sur le bâti
Coefficient de déperdition par
transmission :
Ubât ≤ Ubât-max (W/m²/K)
Coefficients U des parois de
l’enveloppe :
U ≤ Umax (W/m²/K)

Besoin bioclimatique :
Bbio ≤ Bbiomax
Coefficient U des parois séparant
les locaux à occupation
continue de ceux à occupation
discontinue :
U ≤ 0.36 W/m²/K

Coefficients des ponts thermiques
de liaison :

Ensemble des déperditions par
les ponts thermique :

Ψ ≤ Ψmax (W/m/K)

RatioΨ ≤ 0.28 W/m²/K

Exigence sur la consommation conventionnelle d’énergie
Consommation conventionnelle
d’énergie :

Consommation conventionnelle
d’énergie :

Cep ≤ Cepréf (kWhEP/m²/an)

Cep ≤ Cepmax (kWhEP/m²/an)

Exigence sur le confort d’été
Température intérieure :

Température intérieure :

Tic ≤ Ticréf

Tic ≤ Ticréf

Exigences de la RT 2012

La RT 2012 comporte trois exigences de résultats relatifs à
une performance globale du bâtiment, ainsi que quelques exigences de moyens.
Exigences de résultats
• Exigence d’ecacité énergétique minimale du bâti :
Bbio ≤ Bbiomax
Le besoin bioclimatique (Bbio) rend compte de la qualité de
conception et d’isolation du bâti, indépendamment des systèmes ou des énergies utilisés.

Construire en métal, un art, notre métier

• Exigence de consommation conventionnelle d’énergie maximale : Cep ≤ Cepmax
La consommation conventionnelle en énergie primaire du bâtiment prend en compte 5 usages : chauffage, production d’eau
chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires.



1
3

• Exigence de confort d’été : Tic ≤ Ticréf
La Tic représente la température intérieure atteinte au cours
d’une séquence de 5 jours chauds.
Exigences de moyens
Les exigences de moyens concernent essentiellement le traitement des ponts thermiques, l’amélioration de l’étanchéité à
l’air, le recours aux énergies renouvelables et l’accès à l’éclairage naturel (surface des baies).
• Traitement des ponts thermiques :
RatioΨ ≤ 0.28 W/m2/K
RatioΨ correspond aux déperditions thermiques par l’ensemble
des ponts thermiques de liaison par m² de SHON. De plus, le
coefficient de transmission thermique linéique moyen des
liaisons entre les planchers intermédiaires et les murs ne devra
pas excéder 0,6 W/(ml.K).
• Amélioration de l’étanchéité à l’air :
Q4Pa-surf ≤ 1,00 m3/h/m2, pour les bâtiments d’habitation collectifs
Q4Pa-surf ≤ 0,60 m3/h/m2, pour les maisons individuelles

Bâti
Exigences de résultats
Bbio ≤ Bbiomax
Tic ≤ TICréf (CE1 climatisé)

•Forme
•Orientation
•Surface des baies
•Isolation thermique
•Étanchéité à l’air

Exigences de moyens
Isolation thermique
Étanchéité à l’air
Surface des baies

Équipements
•Chauffage
•Refroidissement
•ECS
•Éclairage
•Auxiliaires
•EnR

Exigences de résultats
Cep ≤ Cepmax
Tic ≤ TICréf (CE1 non climatisé)

+

Exigences de moyens
Énergie renouvelable

Bâtiment CE2 : bâtiment qui pour diverses raisons liées à son usage, à sa situation
dans une zone de bruit, etc. peut être équipé par un système actif de
refroidissement pour assurer le confort des occupants
Bâtiment CE1 : tous les autres bâtiments (voir Annexe III de l’arrêté du 26 octobre
2010)

Dénition
La perméabilité à l’air est liée aux défauts d’étanchéité du
bâti. Elle est la cause des échanges d’air parasites à travers
l’enveloppe. Les fuites d’air parasites se produisent à travers
l’enveloppe quand celle-ci est soumise à une différence de
pression d’air entre les ambiances intérieure et extérieure. Cette
différence de pression peut être causé par :
– le tirage thermique (effet cheminée),
– le vent,
– la ventilation mécanique (VMC).
Les principaux indicateurs de la perméabilité à l’air sont :
– Q4Pa-surf  : indice de perméabilité à l’air sous 4 Pa,
en m3/h/m² (indice réglementaire en France),
– n50 : taux de renouvellement d’air sous 50 Pa,
en vol/h (ou h-1).
Conversion entre Q4Pa-surf et n50 :

Q 4Pa − surf

4
=

50

23

V
× chauffé × n 50
A PF −RT

Impact sur les performances énergétiques
Le renouvellement d’air parasite à travers les défauts d’étanchéité de l’enveloppe, entraîne une augmentation du besoin
bioclimatique Bbio et de la consommation d’énergie Cep du bâtiment.

a

Équipements pour mesurer la perméabilité à l’air.
(a) banc grand volume. (b) porte soufflante (blower door)

b

Variations du Bbio et de Cep en fonction de Q4Pa-surf(m3/h/m2)

Perméabilité à l’air dans les bâtiments en acier
50%
Bbio

45%

Cep

40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
1

2
Q4Pa-surf(m3/h/m2)

3

Bbio et Cep en fonction de la perméabilité à l’air Q4Pa-surf dans la zone climatique H2b
(zone moyenne), pour un exemple de bâtiment industriel, niveau RT 2012, de 1500
m² (Hall + bureaux)

Mesures de la perméabilité à l’air
Les mesures de la perméabilité à l’air doivent être réalisées
conformément à la norme NF EN 13829 et son guide d’application
GA P 50-784. Il s’agit d’extraire des volumes d’air connus et
de mesurer simultanément les différences de pression entre
l’intérieur et l’extérieur an d’obtenir une série de couples
« débit/dépression ». Cette mesure permet principalement de
déterminer les paramètres caractéristiques de l’étanchéité à
l’air de l’enveloppe à savoir le n50 et le Q4Pa-surf.

Localisation des fuites d’air dans les bâtiments en acier

Des études effectuées par le CTICM et ses partenaires, dans le cadre du projet de
recherche Prebat-Acieco, ont permis de diagnostiquer un échantillon de bâtiments
tertiaires en acier (bureaux et halls industriels) et de localiser les lieux de fuites d’air les
plus importants et les plus récurrents.

Traitement de la
perméabilité à l’air :
exemples de solutions

Bâtiments de bureaux
Fuites importantes

Fuites moyennes

1 Façade/faux plafond
2 Lanterneaux
1

2

4 Façade/plancher

5

5

3 Seuils de porte

6

3

5 Façade/fenêtres

4

6 Prises et interrupteurs

Traitement
des parois
courantes
moyennant
une membrane pare-air
en façade et
un écran parevapeur en
toiture

Bâtiments industriels/halls de stockage
Fuites importantes

Fuites moyennes
1 Façade/toiture
1

2

2 Lanterneaux
3 Éléments traversants

3
4

4 Façade/façade
5

Portes

5
6 Façade/dallage

6

Traitement
des points
singuliers
(jonctions,
perforations,
etc.)

Le traitement de la perméabilité à l’air doit être intégré dans une vision globale tenant compte du comportement du
bâti sur les plans thermique, hygrothermique, etc.

Ponts thermiques
dans les bâtiments en acier
Dénition

Un pont thermique est une partie de l’enveloppe du bâtiment
où la résistance thermique, par ailleurs considérée uniforme,
est modiée de façon sensible par une absence ou une dégradation locale de l’isolation (acrotère non isolé, attaches métalliques qui traversent une couche isolante, etc.).
Il existe deux types de ponts thermiques :
• les ponts thermiques linéaires ou 2D (ψ en W/(m.K)),
• les ponts thermiques ponctuels ou 3D (χ en W/K).
Les ponts thermiques 2D ou 3D peuvent se situer au niveau
d’une paroi de l’enveloppe du bâtiment et sont alors appelés
ponts thermiques intégrés (ces ponts thermiques interviennent

dans le calcul des coefficients Up des parois). Situés aux jonctions entre parois de l’enveloppe, ils sont appelés ponts thermiques de liaison.

Évaluation des ponts thermiques
par simulations
numériques

La disparition de givre aux
niveaux des vis de fixation
confirme la présence de ponts
thermiques (points chauds)

Impact sur les performances énergétiques

Variations du Bbio et de Cep en fonction du Ratioψ (en %)

Les ponts thermiques de liaison, entraînent une augmentation
du besoin bioclimatique Bbio et de la consommation d’énergie
Cep du bâtiment.
18%
16%

Évaluation des ponts thermiques

Les ponts thermiques doivent être évalués numériquement
selon la norme NF EN ISO 10211. Pour un bâtiment existant, un
diagnostic thermographique permet de détecter les ponts
thermiques présents dans l’enveloppe et ainsi d’envisager des
solutions de traitement et de les mettre en œuvre à l’occasion
d’une réhabilitation de l’enveloppe.

Bbio

14%

Cep

12%
10%
8%
6%
4%

Image thermique

Partie diagnostiquée

Exemple de diagnostic thermographique –
Pont thermique dû à un poteau

2%
0%
0,08

0,28

0,18
Ratioψ (W/m2.k)

Bbio et Cep en fonction des ponts thermiques Ratioψ dans la zone climatique H2b
(zone moyenne), pour un exemple de bâtiment industriel, niveau RT 2012, de 1500 m²

Correction des
ponts thermiques :
exemples de solutions

(hall + bureaux)

Localisation des ponts thermiques
dans les bâtiments en acier

Les résultats de diagnostics thermographiques effectués par le CTICM et ses partenaires, dans le cadre du projet de recherche Prebat-Acieco, sur un échantillon de
bâtiments tertiaires en acier (bureaux et halls industriels), montrent que les ponts
thermiques les plus importants se situent aux niveaux des jonctions entre parois
(façade/dallage, façade/toiture, façade/fenêtres, etc.).
Bâtiments de bureaux
Ponts thermiques importants

Ponts thermiques moyens

1
3

4
3

1 Façade/plancher

Liaison façade/plancher bas
Façade

Façade
Ψ1
Ψ2

Dallage

Ψ1
Ψ2

Dallage

ψ1 = 0.21 W/m.K

2 Façade/fenêtres

ψ1= 0.03 W/m.K

3 Façade/portes

Liaison façade/toiture (acrotère)

4 Façade/façade

2

Toiture

Toiture

1

Façade

Façade

Bâtiments industriels/halls de stockage
Ponts thermiques importants

Ponts thermiques moyens

2

4
3

ψ = 0.40 W/m.K

2 Façade/toîture
3 Façade/portes

5

ψ = 0.35 W/m.K

1 Façade/dallage

4 Façade/lanterneaux
5

Façade/façade

Attention aux incidences des
solutions de correction sur :
• le comportement mécanique de la structure et des systèmes
constructifs,
• d’autres réglementations : incendie,
acoustique, etc.

1

Attention à la mise en œuvre. C’est la clé
pour assurer des bonnes performances
thermiques du bâti

Exemples de bâtiments en acier
conformes à la RT 2012
Hall industriel avec bureaux accolés
Performances (hors photovoltaïque)
Coefficient Bbio (en nombre de points)
Projet

Bbiomax

Bureaux

53

70

Hall

68

Consommation d’énergie Cep (kWhep/m²/an)
Projet

Cepmax

Bureaux

64

70

Hall

118

Caractéristique générales
SHONRT

1548 m²

Localisation

Poitiers (86)

Zone climatique

Décomposition
de Cep (hors
photovoltaïque)

Chauffage
Éclairage
ECS
Auxiliaires

H2b

Altitude

120 m

Systèmes constructifs
Façade bureaux

Bardage double peau + doublage isolant

Up = 0.20 W/m².K

Façade hall

Bardage double peau

Up = 0.33 W/m².K

Dallage

Dalle en béton sur terre-plein avec isolation périphérique verticale

Ue = 0.35 W/m².K

Toiture bureaux

Toiture en tôles d’acier nervurées (TAN) avec revêtement
d’étanchéité + faux plafond

Up = 0.15 W/m².K

Toiture hall

Toiture en tôles d’acier nervurées (TAN) avec revêtement
d’étanchéité

Up = 0.18 W/m².K

Lanterneaux

En polycarbonate alvéolaire

Uw = 3.00 W/m².K

Fenêtres de façades

En aluminium avec rupture de pont thermique 4/15/4

Uw = 1.70 W/m².K

Porte d’entrée

En aluminium avec rupture de pont thermique 4/15/4

Uw = 1.70 W/m².K

Porte sectionnelle

Métallique isolée

Uw = 1.50 W/m².K

Ponts thermiques

La plus part des ponts thermiques ont été corrigés

RatioΨ = 0.15 W/m².K

Perméabilité à l’air

Traitement complet de l’enveloppe

Q4Pa-surf = 0.18 m3/h.m²

Équipements
Chauffage bureaux

Électrique : panneaux rayonnants

Chauffage hall

Électrique : panneaux rayonnants

Ventilation bureaux

VMC double flux avec récupération de chaleur (90 %)

Ventilation hall

VMC simple flux

Éclairage

Ampoules fluocompactes + détecteurs de présence

PV

Modules photovoltaïques intégrés à la toiture et à la façade

Exemples de bâtiments en acier
conformes à la RT 2012
Bâtiment de bureaux R + 2
Performances (hors photovoltaïque)
Coefficient Bbio (en nombre de points)
Projet

Bbiomax

Gain (%)

46

77

40

Consommation d’énergie Cep (kWhep/m²/an)
Projet

Cepmax

Gain (%)

76

77

1.30

Caractéristique générales
SHONRT
Localisation

529 m²
Rennes (35)

Zone climatique

Chauffage
Éclairage
ECS
Auxiliaires

H2a

Altitude

50 m

Décomposition de Cep (hors photovoltaïque)

Systèmes constructifs
Façade

Bardage double peau + doublage isolant

Up = 0.15 W/m².K

Mur sur LNC

Placoplatre

Up = 0.29 W/m².K

Dallage

Dalle en béton sur terre-plein avec isolation périphérique verticale

Ue = 0.42 W/m².K

Toiture terrasse

Toiture en béton isolée

Up = 0.13 W/m².K

Toiture

Toiture en tôles d’acier nervurées (TAN) avec revêtement d’étanchéité

Up = 0.15 W/m².K

Fenêtres de façades

En aluminium avec rupture de pont thermique 4/15/4

Uw = 1.40 W/m².K

Portes

En aluminium avec rupture de pont thermique 4/15/4

Uw = 1.70 W/m².K

Ponts thermiques

La plus part des ponts thermiques ont été corrigés

RatioΨ = 0.17 W/m².K

Perméabilité à l’air

Traitement complet de l’enveloppe

Q4Pa-surf = 0.15 m3/h.m²

Équipements
Chauffage

Électrique : panneaux rayonnants

Ventilation bureaux

VMC double flux avec récupération de chaleur (90 %)

Ventilation salle de réunions

VMC simple flux

Éclairage

Ampoules fluocompactes + détecteurs de présence

PV

Modules photovoltaïques intégrés à la toiture

Construire en métal, un art, notre métier
Centre Technique Industriel de la Construction Métallique
Direction de la recherche et de la valorisation
Votre contact RT 2012 Amor Ben Larbi
Espace technologique - L’Orme des merisiers - Immeuble Apollo - 91193 Saint-Aubin
Tél. : +33 (0)1 60 13 83 61 - Fax : +33 (0)1 60 13 70 84 - abenlarbi@cticm.com

www.cticm.com

Le projet Prebat-Acieco
a reçu le soutien
financier de l’ADEME