La réglementation
thermique “Grenelle
de l’environnement”
RT2012 : analyse et solutions
(Septembre 2011)

1

2

La RT2012 : contexte et enjeux
Qu’est-ce que la RT2012 ?   

5

Une étape supplémentaire de la réglementation française pour le bâtiment   

6

Le bâtiment au cœur des enjeux énergétiques   

10

Ce qu’il faut retenir de la RT2012   

12

Un objectif de performance
Quels sont les grands principes de la RT2012 ?   

15

Trois exigences de résultat :   

16

- Une exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti
- Une exigence de consommation maximale d’énergie primaire
- Une exigence de confort d’été
Quelques exigences de moyens   

21

RT2012 : qu’est-ce qui change ?   

22

Analyse du texte réglementaire
Bâtiment résidentiel   

25

- Chauffage - Rafraîchissement (confort d’été)   

26

- Eclairage   

27

- Eau chaude sanitaire   

28

- Isolation   

30

- Comptage   

31

- Energies renouvelables   

32

Bâtiment tertiaire   

34

- Chauffage - Rafraîchissement (confort d’été)   

35

- Eclairage   

36

- Comptage   

37

Des solutions performantes,
à la mesure des enjeux   

38

3

4

Chapitre 1

La RT2012 : contexte
et enjeux
Qu’est-ce que la RT2012 ?
La Réglementation Thermique “Grenelle Environnement
2012”, dite RT2012, est un outil réglementaire concernant
les bâtiments résidentiels et tertiaires neufs. Elle vise à en
améliorer la consommation d’énergie en fixant une limite
maximale.
Elle exprime :
• une exigence de résultats mesurée à travers trois
coefficients
• quelques exigences de moyens avec comme objectif de
réduire la consommation d’énergie.
Elle est la suite logique d’une réglementation lancée dès
1974, suite au premier choc pétrolier. Régulièrement révisée,
cette réglementation devient de plus en plus exigeante
et technique et fait appel à des moteurs de calculs de plus
en plus élaborés.
La RT2012 est un levier d’actions pertinent et efficace
pour la mise en œuvre des principes du Plan Bâtiment,
issu du Grenelle de l’Environnement.
Elle s’inscrit dans une politique mondiale qui a pour acte
fondateur le Protocole de Kyoto, ratifié en 2005 par 55 pays.

* EP : énergie primaire, c’est-à-dire, outre l’énergie fournie au consommateur, toute l’énergie
nécessaire à sa production et à son acheminement, incluant les pertes survenues tout au
long de la chaîne énergétique (production, transformation, transport, distribution, sockage).

5

Une étape supplémentaire de la
réglementation française pour le bâtiment
> Panorama de l’évolution réglementaire,
normative et législative pour le bâtiment
Aujourd’hui, le cadre réglementaire oriente les usages et les comportements
énergétiques dans le bâtiment et impose un certain nombre d’améliorations.

Directives DPE
Loi « Pope »,
créant les CEE

Grenelle de
l’Environnement

Maisons
« BEPOS »

RT2012

Mise en place
RT2005
Mise en place
« DPE vente »

Protocole
de KYOTO

1997

2002

2005

2006
2006
novembre
septembre

2007
octobre

Directives Bâtiment

2008

2009

2012

2020

2050

20 %
Part d’EnR

Norme Européenne
NF EN 16001

Norme Européenne
NF EN 15232

Réduction des
émissions de GES

> Des contraintes de plus
en plus précises
; Le Protocole de Kyoto
C’est la première étape de la révolution
écologique dans les politiques publiques, la
toute première fois que des pays industrialisés
s’accordent officiellement pour diminuer leurs
émissions de gaz à effet de serre (GES).
Initié en 1997 par la Communauté internationale
au titre d’une Convention-cadre des NationsUnies, le Protocole de Kyoto devra attendre
2005 pour être ratifié par 55 pays. L’objectif :
représenter le poids politique de plus de 50 %
des émissions mondiales de GES, et contraindre
les pays signataires à une réduction significative.

6

Depuis, chaque année, les pays membres se
réunissent pour statuer sur les actions à mener
pour enrayer les changements climatiques.
Conformément au protocole initial, les pays
industrialisés (les pays sous-développés
signataires n’ayant pas à fournir d’effort
économique pour diminuer leurs émissions de
GES) se sont engagés à réduire leurs émissions
de GES de 5,2 % d’ici à 2012, l’année de
référence étant 1990.

; Diagnostic de performance
énergétique
Le diagnostic de performance énergétique est
obligatoire. Lors de la vente ou de la location
d’un bien immobilier, le propriétaire doit faire
réaliser par un expert indépendant et certifié une
évaluation qui renseigne sur :
• la quantité d’énergie consommée par
le bâtiment
• la quantité de GES émise
• les améliorations éventuelles.
Le DPE décrit le bâtiment, le chauffage, l’eau
chaude, la climatisation, la ventilation, etc.
Il est valable dix ans. À compter du 1er janvier
2011, il est présenté dès la mise en vente
du bien immobilier. Il n’entraîne pas d’obligation
de travaux pour le propriétaire.

Deux étiquettes classent le bâtiment ou le logement
en fonction du diagnostic de performance énergétique.
Logement

Logement économe
< 50 A
51 à 90

<5

B

91 à 150
151 à 230
231 à 330

A

6 à 10

C

11 à 20

D

21 à 35

E

331 à 450
> 450

B
C
D

36 à 55

F

E

56 à 80

G

Logement

Faible émission de GES

> 80

F
G

Logement énergivore

Forte émission de GES

Etiquette énergie : kWh équivalent
pétrole, par m2, par an

Etiquette climat : kWh équivalent CO2,
par m2, par an

; Les Certificats d’économie
d’énergie (CEE)
Le système des certificats d’économie d’énergie
impose à certains fournisseurs d’énergie de
réaliser des économies d’énergie dont les
montants leur ont été attribués par décret,
en fonction de leur volume de vente.
La loi Grenelle 2 et ses décrets fixent les objectifs
pour la 2ème période des CEE à 345 milliards
de kWh cumac (kWh d’énergie finale, cumulés
et actualisés sur la durée de vie de l’action
concernée).
Les “obligés” (fournisseurs d’électricité, de gaz,
distributeurs de fuel domestique, de chaleur,
de froid, fournisseurs de carburant soumis à
la TIPP) doivent initier eux-mêmes des actions
d’économie d’énergie (rénovation thermique,
amélioration de la performance du bâtiment...)
chez eux et chez leurs clients (entreprises,
particuliers).

Une fois réalisée et dûment justifiée, l’action est
validée par les services de la Drire (Direction
régionale de l’Industrie, de la Recherche et
de l’Environnement) ou de la Dreal (Direction
régionale de l’Environnement, de l’Aménagement
et du Logement) et donne lieu à l’attribution
d’un CEE, preuve de la réalisation d’une action
d’économie d’énergie.
Tous les autres acteurs (les “non obligés”),
les communes, conseils régionaux, conseils
généraux, etc., peuvent participer au système
sur une base volontaire pour obtenir en retour
de leurs actions d’économie d’énergie les mêmes
certificats qu’ils pourront vendre aux obligés.

Leurs actions doivent répondre à des critères
d’éligibilité (caractéristiques, techniques,
certifications) validés par l’Ademe, principalement
sous forme de fiches standardisées.

7

; Les lois Grenelle 1 et Grenelle 2, socles de la législation
verte en France
Le 3 août 2009, la France promulguait la loi Grenelle 1 afin de répondre
à l’urgence énergétique et environnementale.
Le “chantier” premier de cette loi Grenelle se focalise sur le bâtiment, premier
consommateur d’énergie et producteur de GES en France.
L’objectif énoncé par l’Etat au travers de l’engagement du Facteur 4* vise
principalement à :
• sensibiliser sur l’urgence environnementale afin d’accélérer l’émergence
de comportements éco-responsables,
• imposer de nouvelles règles et normes visant à réduire ces émissions
de GES dans les principaux secteurs énergivores et polluants tels que les
transports et le bâtiment.

2010
Neuf

2012

Bâtiments publics
et tertiaires « BBC »
< 50 kWh/m2

2020

Tous les bâtiments seront « BBC »
Consommation < 50 kWh/m2

Les bâtiments
seront « BEPOS »

Renovation
Bâtiments publics
et de l’Etat audités

2008+
Logement
social

40 000

2011
60 000

70 000

Rénovation engagée pour une
réduction de la consommation
d’Energie Primaire

Les bâtiments privés
existants devront
avoir réduit leur
consommation
d’EP de 38 %

70 000…

= 800 000 logements

Objectif quantitatif de rénovation en nombre de logements
pour un passage de consommation de > 230 à < 150 kWh/m2

Objectifs de la Loi
Grenelle pour le
bâtiment
La Loi Grenelle 2,
promulguée le 30 juin 2010,
a confirmé, consolidé et
concrétisé les objectifs fixés
par la Loi Grenelle 1 (du
3 août 2009), notamment
pour le bâtiment : tertiaire et
résidentiel, public et privé,
neuf et rénovation.

; Norme européenne NF EN 15232
C’est une méthode qui permet d’estimer l’impact
des systèmes de contrôle et de gestion sur
l’efficacité énergétique active des bâtiments.
Elle apporte :
• la preuve chiffrée, attendue par tous
• un cadre de référence pour comparer le
rendement des installations
• des principes de calcul
• des fiches de calcul simples
• une mise en application rapide.

GTB à fort rendement
énergétique

A
A

GTB avancée

B
B

GTB standard

C
C

GTB non-énergétique

D
D

Des “étiquettes de performance énergétique”
Chaque système de gestion technique du bâtiment (GTB) est classé
selon son niveau de performance.

* Facteur 4 : engagement pris par la France en 2003, dans

le cadre du Plan Climat national, de diviser par 4 d’ici 2050
ses émissions de GES (sur la base des chiffres de 1990).

8

; Norme européenne NF EN 16001
La norme NF EN 16001 “Systèmes de
management de l’énergie” a été élaborée et
publiée le 1er juillet 2009 par les organismes
de normalisation européens CEN et Cenelec.
Destinée à tout organisme, quel que soit son
domaine d’activité ou sa taille, cette norme a
pour objectif de l’aider à développer une gestion
méthodique de l’énergie pour améliorer son
efficacité énergétique.
La norme NF EN 16001 définit les exigences d’un
système de management de l’énergie et fournit
des recommandations de mise en œuvre.
Pour être conforme à la norme, l’organisme
définira une politique énergétique adaptée à ses
usages énergétiques.
A partir d’un diagnostic initial, il identifiera les
secteurs à forte consommation et les facteurs
énergétiques significatifs (production, température
extérieure, taux d’occupation...).
Puis il définira des cibles énergétiques
cohérentes avec sa politique et ses engagements
d’amélioration de l’efficacité énergétique et de
conformité aux obligations légales et aux autres
exigences auxquelles il aura souscrit.

En s’appuyant sur les compétences d’un
responsable énergie, il établira un programme
de suivi et de mesure de sa performance
énergétique.
En respectant les exigences de la norme, les
organismes pourront régulièrement évaluer et
réviser leur système de management de l’énergie
afin d’identifier les potentiels d’économies
d’énergie, adapter leur politique énergétique et la
mettre en œuvre.
L’organisme sera alors en mesure de démontrer
sa conformité à la politique énergétique qu’il
s’est fixée, par une auto-évaluation ou par une
certification tierce partie.
La boucle de l’amélioration continue “planifier
– faire – vérifier – agir” sur laquelle est fondée la
NF EN 16001 la rend compatible avec les autres
normes de système de management, notamment
l’ISO 14001, norme sur le management
environnemental.

9

Le bâtiment au cœur
des enjeux énergétiques

auxiliaires
(ventilation mécanique)

chauffage

paroi opaque

éclairage

eau chaude
sanitaire

climatisation

auxiliaires
(pompes)

paroi vitrée

43 %

de l’énergie finale
totale consommée

10

23 %

des émissions de
gaz à effet de serre
produites en France

Le contexte énergétique actuel se caractérise
par trois phénomènes principaux :
• une demande croissante au niveau mondial
• la raréfaction des énergies fossiles
• l’augmentation des coûts de l’énergie.
Dans ce contexte, le bâtiment représente un
enjeu majeur, à la fois sur le plan économique et
sur le plan environnemental.

Structure des émissions de CO2, par énergie
et par secteur en 2000
en MtC
45
40
35
30
25
20
15

Il est en effet le plus gros consommateur
d’énergie en France, tous secteurs économiques
confondus, avec :
• près de 43 % de l’énergie finale totale
consommée
• 23 % des émissions de gaz à effet de serre
produites en France.
Fort de ce constat, a été décidé lors du Grenelle
de l’Environnement la mise en œuvre à grande
échelle d’un programme de réduction
des consommations énergétiques avec pour
objectifs de :
• réduire durablement les dépenses
énergétiques et les inégalités qui en découlent
• améliorer le pouvoir d’achat des ménages
• contribuer à la réduction des émissions de
CO2 afin de préserver l’environnement.

10
5
0

Habitat

Electricité

Tertiaire

Gaz

Industrie

Agriculture

Pétrole

Transports

Charbon

Le dimensionnement du problème
en MtC
150
140
120
100
80
60
40
20
0

Réel 2000

Prolongement 2050

Facteur 4 - 2050

Transports Résidentiel, Tertiaire
Industrie, Agriculture 2050
Source : DRIRE

Une ambition sans précédent
en Europe !
Quels objectifs pour les
constructions neuves ?
• la généralisation des bâtiments basse
consommation (BBC) à horizon 2012
• la généralisation des bâtiments à énergie
positive à horizon 2020
Parmi les outils permettant d’atteindre
ces objectifs figure la RT2012.

Si la RT2012 n’est qu’une étape
supplémentaire de l’évolution réglementaire
concernant les bâtiments, elle marque
cependant un pas important et témoigne
d’une ambition sans précédent en Europe.
Il s’agit en seulement 2 ans de diviser par
3 les consommations énergétiques des
bâtiments neufs par rapport à celles du
parc existant.
Soit un saut énergétique plus grand que
celui réalisé ces trente cinq dernières
années (les consommations énergétiques
ont été divisées par deux depuis 1975).

11

Les éléments clés
de la RT2012

12

> Un seuil de consommation
énergétique
La RT2012 fixe la consommation énergétique
des bâtiments neufs à 50 kWhEP/m2/an.
Ce chiffre est toutefois modulé selon différents
critères (localisation géographique, type
de bâtiment, etc.).

> Dates d’application
28 octobre 2011
• pour les bâtiments neufs publics et tertiaires
• pour les zones ANRU (Agence nationale
pour la rénovation urbaine)
1er janvier 2013
pour tous les logements

> Champ d’application

> Renforcement
de l’application

Elle s’applique :

La RT2012 prévoit l’implication du maître
d’ouvrage par l’établissement
d’une attestation de prise en compte lors
de la demande de permis de construire
et à l’achèvement du bâtiment.

• aux bâtiments de bureaux ; tertiaire
• aux bâtiments d’enseignement ; université,
lycée, école, centre de formation
• aux établissements d’accueil de la petite
enfance ; crèche, halte garderie
• aux bâtiments à usage d’habitation ; habitat
collectif et maison individuelle

Elle ne s’applique pas :
• aux constructions provisoires destinées à
durer moins de deux ans

> Renforcement
des contrôles
Inexistants dans la RT2005, des contrôles
seront effectués par l’Administration (Etat ou
collectivités publiques).

• aux bâtiments ou parties de bâtiment dont la
température normale d’utilisation est inférieure
ou égale à 12°C ; abattoir, entrepôt
• aux bâtiments ou parties de bâtiment
destinés à rester ouverts sur l’extérieur en
fonctionnement habituel ; gare, aéroport,
entrepôt, hall d’accueil
• aux bâtiments ou parties de bâtiments qui,
en raison de contraintes spécifiques liées à
leur usage, doivent garantir des conditions
particulières de température, d’hygrométrie
ou de qualité de l’air, et nécessitent de ce
fait des règles particulières ; salle blanche,
laboratoire, patinoire
• aux bâtiments ou parties de bâtiments
chauffés ou refroidis pour un usage dédié à un
procédé industriel ; usine, atelier
• aux bâtiments agricoles ou d’élevage
• aux bâtiments situés dans les départements
d’outre-mer.

13

14

Chapitre 2

Un objectif de performance
Quels sont les grands
principes de la RT2012 ?
Les trois grands objectifs de la RT2012 sont inscrits
à l’article 4 de la Loi Grenelle 1. La loi insiste plus
particulièrement sur :
• une consommation d’énergie primaire réduite à
50 kWh/m2/an et une réduction des émissions de CO2
• une évolution technologique et industrielle
significative dans la conception et la réalisation des
bâtiments, pour chacune des filières énergétiques
• un bouquet énergétique équilibré, faiblement
émetteur de gaz à effet de serre et contribuant à
l’indépendance énergétique nationale.
Avec cette nouvelle réglementation, la France est le
seul pays d’Europe à imposer un tel niveau d’exigence
énergétique.

Un fort
impact sur les
équipements
traditionnels
La RT2012 impose
un saut qualitatif
par rapport aux
exigences actuelles.
Cela va impacter
profondément
les équipements
traditionnellement
énergivores :
chauffage, systèmes
de refroidissement,
éclairage, eau chaude
sanitaire…

Pour l’électricité

2,58 kWh
1 kwh

d’énergie primaire correspondent à

d’énergie finale

Pour apporter une quantité d’énergie à un
consommateur, il faut mobiliser une quantité
d’énergie supérieure qui inclut les pertes
survenues tout au long de la chaîne énergétique
(production, transformation, transport,
distribution, stockage). C’est cette énergie totale
qui est appelée énergie primaire (EP).

Une exigence de consommation
modulée selon différents
paramètres
L’exigence fixée à 50 kWhEP/m2/an sera modulée
selon les paramètres suivants :
- la localisation géographique
- l’altitude
- le type de bâtiment
- la surface moyenne des logements
- le volume d’émission de gaz à effet de serre
des énergies utilisées

15

Trois exigences de résultats

Une exigence d’efficacité
énergétique du bâti
> Une unité de mesure :
le coefficient Bbio
Celui-ci, exprimé en points, sans unité, définit
une limitation simultanée du besoin en énergie
pour les composants liés à la conception du bâti
(chauffage, refroidissement, éclairage).
Cet indicateur rend compte de la qualité de
la conception et de l’isolation du bâtiment,
indépendamment des systèmes énergétiques mis
en œuvre (le système de chauffage en particulier).

repère
Coefficient
Bbio
Objectif : f
mesurer la
qualité de la
conception et
de l’implantation
du bâtiment

Il valorise notamment :
• le niveau d’isolation (étanchéité à l’air),
• la conception bioclimatique (prise en compte
de l’éclairage naturel, des apports solaires,
de l’inertie du bâtiment, etc.) afin d’éviter le
recours à la climatisation,
• la mitoyenneté.
La valeur maximum du coefficient Bbio dépend
de la localisation géographique, de l’altitude,
du type d’usage du bâtiment et, pour les maisons
individuelles, de la surface habitable.

> Vers une évolution
des équipements et des
techniques
L’indicateur Bbio va certainement favoriser
l’émergence de nouveaux systèmes
constructifs. D’ores et déjà, il privilégie l’usage
de chaudières à condensation, de pompes à
chaleur, de chauffe-eau thermodynamiques, etc.

> Une innovation
conceptuelle majeure
Cette exigence implique un changement
constructif et représente un concept majeur
et totalement innovant, sans équivalent en
Europe. Le label BBC, les labels Passiv’Haus
ou Minergie fixent des exigences spécifiques
sur l’isolation ou sur les besoins liés au seul
chauffage, la RT2012 appréhende par un
indicateur unique la qualité intrinsèque de la
conception du bâtiment.

Le Bbio est à fournir lors du dépôt de permis
de construire.

repère
Innovations majeures
de la RT2012
• 1 indicateur unique pour qualifier la valeur
intrinsèque de la conception du bâtiment.
• Des besoins en énergie pour les bâtiments
neufs divisés par 2 à 2,5 par rapport à la RT2005.

16

Quels paramètres prendre en compte
dans le calcul du Bbio ?
Isolation de
la toiture

Traitement de
l’étanchéité
à l’air des fenêtres

Fenêtre double
vitrage

Protection
solaire
(limiter les
apports solaires
en été)

Masque
végétal
au nord

Garage au nord
(espace tampon)

Isolation des
murs extérieurs

Bonne inertie de la
dalle pour un meilleur
confort thermique
(été/hiver)

Orientation des
baies vitrées au sud
(récupération de
la chaleur et de la
lumière en hiver)

Traitement de l’étanchéité à l’air, double
vitrage, isolation des murs extérieurs, etc. :
autant de paramètres intervenant dans le
calcul de l’indicateur Bbio.
Les paramètres propres au projet seront
optimisés par le concepteur afin de limiter les
besoins énergétiques.
D’autres paramètres interviennent dans le
calcul comme la chaleur dégagée par les
occupants et par les équipements. Ceux-ci
sont fixés de façon conventionnelle.

La chaleur dégagée par les occupants
et les équipements est prise en
compte conventionnellement dans la
réglementation. Elle limite les besoins
de chauffage.

17

Une exigence de consommation
maximale d’énergie primaire
> Un coefficient de référence :
le coefficient Cep
Cet indicateur prend en compte les systèmes
énergétiques et les auxiliaires. Cela signifie qu’en
plus de l’optimisation du bâti (Bbio), il impose
le recours à des équipements énergétiques
performants, à haut rendement.
Le coefficient Cep exprime un seuil à ne pas
dépasser : 50 kWhEP/m2/an.

> 5 usages pris en compte
Le coefficient Cep prend en compte 5 usages :
• chauffage
• production d’eau chaude sanitaire
• refroidissement
• éclairage
• auxiliaires (pompes et ventilateurs)

repère
Coefficient
Cep
Objectif : f
limiter les
consommations
d’énergie du
bâtiment

18

repère
Dérogation pour le
logement collectif
Le cœfficient Cepmax est
temporairement augmenté
de 7,5 kWhEP/m2/an jusqu’au
1er janvier 2015.

> Des modulations selon
le bâtiment
Ce cœfficient Cepmax est modulé selon divers
critères :
• la localisation géographique
• l’altitude
• le type de bâtiment (les exigences sont
différentes selon qu’il s’agit d’un immeuble de
bureaux ou d’un immeuble d’habitation par
exemple)
• la surface moyenne des logements
• le volume d’émission de gaz à effet de serre
des énergies utilisées.

Des équipements performants pour
une consommation énergétique réduite
Ventilation performante
(double flux… )

Protections solaires
et ouvrants

Energies renouvelables
(panneaux photovoltaïques
et panneaux solaires
thermiques)

Chauffage
thermodynamique
(PAC air/eau, PAC
géothermique)

Chaudière à condensation
à granulés bois, microcogénération… pour le
chauffage et l’eau chaude
sanitaire

Plancher
chauffant
Chauffe-eau
thermodynamique
solaire

Outre une bonne conception bioclimatique du bâtiment, la mise
en place d’équipements performants et la production d’énergie
renouvelable permettent de limiter la consommation d’énergie primaire
sur les 5 usages réglementaires.

19

Une exigence de confort d’été
> Un coefficient conservé
de la RT2005
Il s’agit d’une exigence sur la température
intérieure atteinte au cours d’une séquence de
5 jours chauds.
L’indicateur Tic vise à limiter à la fois l’inconfort
d’été et le recours à la climatisation. Le principe
est simple : la température intérieure atteinte
en été (Tic) pendant 5 jours doit être inférieure
à la température intérieure conventionnelle de
référence (Tic ref).

20

repère
Coefficient
Tic
Objectif : f
garantir une
température
agréable
pendant la
saison chaude
tout en évitant
de recourir aux
systèmes de
climatisation

Quelques exigences de moyens
Les trois exigences de résultats sont complétées par quelques
exigences de moyens afin d’encourager de nouvelles pratiques
et de nouveaux comportements. Par exemple :

Accélérer le développement
des énergies renouvelables en
maison individuelle
• généralisation d’installations de production
d’énergies renouvelables en maison individuelle

Garantir la qualité
de mise en œuvre
• traitement des ponts thermiques
• traitement de l’étanchéité à l’air

Garantir le confort d’habitation
et la qualité de l’architecture
du bâtiment d’habitation
• obligation d’une surface minimale de baies
vitrées (1/6 de la surface habitable)

Encourager un bon usage
du bâtiment
• mesure ou estimation des consommations
d’énergie par usage
• information de l’occupant

Améliorer la qualité énergétique globale
• dans les bâtiments résidentiels produisant de l’électricité
localement (photovoltaïque, éolienne), augmentation
de la consommation maximale d’énergie plafonnée
à 12 kWhEP/m2/an

21

RT2012 :
qu’est-ce qui change ?

22

> Une réglementation plus
simple et plus lisible
Cette nouvelle réglementation est fondée sur des
objectifs de performance.
Elle n’impose plus – comme c’était le cas de la
RT2005 – de devoir construire conformément à
un bâtiment de référence théorique présentant
la même architecture. En cela, elle offre une plus
grande liberté dans la conception des bâtiments.

> Une conception orientée
“100 % durable”
• La démarche et l’analyse “bioclimatiques”
sont présentes dès la phase de conception.
Conséquences : des bâtiments mieux isolés et
mieux pensés.
• Les besoins exigés pour le chauffage,
le refroidissement et l’éclairage sont faibles
et plafonnés.

> L’introduction de nouvelles
exigences
• Traitement des ponts thermiques
• Traitement de la perméabilité à l’air
• Production d’énergies renouvelables
• Obligation de mesure (ou d’estimation)
des consommations énergétiques.

Comment justifier du respect
de ces exigences ?
Le maître d’ouvrage doit pouvoir fournir le récapitulatif
standardisé d’étude thermique du bâtiment.
Durant 5 ans après la déclaration d’achèvement des travaux,
ce récapitulatif est tenu à disposition des personnes suivantes :
• tout acquéreur
• toute personne chargée d’attester de la conformité du
bâtiment à la RT et/ou à un label de haute performance
• toute personne chargée d’établir le Diagnostic de performance
énergétique du bâtiment (DPE)
• tout contrôleur assermenté chargé de vérifier l’application des
règles de construction.

23

Chapitre 3

Analyse de textes
réglementaires
Afin d’améliorer la performance énergétique du bâtiment,
la RT2012 aborde de façon précise les principaux usages
du bâtiment. Elle stipule un certain nombre de règles
nécessitant des changements à la fois dans la conception
et dans la construction des bâtiments ainsi que la mise en
œuvre d’équipements visant à réduire les consommations
d’énergie.

24

Bâtiment résidentiel
> Un objectif de consommation fixé
à 50 kWh/m2/an modulé selon
plusieurs critères
; 8 zones climatiques

60
55

65

50
60
50

45
40

Consommation maximale (Cepmax)
par zone géographique (zones climatiques
en vigueur dans la RT 2012)

; Le cas particulier du logement collectif
Afin de ne pas pénaliser le logement collectif par rapport aux
maisons individuelles, l’exigence de 50 kWhEP/m2/an concernant
la consommation énergétique est augmentée de 7,5 kWhEP/m2/an.
Le rapport investissement/économies d’énergie est en effet
aujourd’hui moins favorable dans le logement collectif.
Cette mesure temporaire prendra fin le 1er janvier 2015. Le temps
de permettre à la filière industrielle d’adapter son offre technique
au logement collectif, avec par exemple des pompes à chaleur
présentant un bon rapport performance/coût.

5 principes de base

Ce qu’il faut retenir

Afin de prendre en compte les spécificités régionales,
la RT2012 divise la France en 8 zones climatiques (rappelons
que les départements d’outre-mer ne sont pas concernés
par cette réglementation). Le coefficient Cepmax pour
les bâtiments résidentiels varie ainsi de 40 à 65 kWhEP/m2/an
selon la zone géographique.

• Une excellente isolation thermique
des parois vitrées et opaques
• Une enveloppe parfaitement
étanche à l’air
• Une ventilation optimisée
• Des équipements de chauffage
performants
• L’introduction des énergies
renouvelables

> date d’application à partir
du 1er janvier 2013

(date de dépôt du permis de construire)

> renforcement des contrôles
par l’établissement d’une
attestation de prise en compte
de la réglementation thermique
à deux étapes clés du processus
de construction :
• lors de la demande de permis
de construire
• lors de l’achèvement du bâtiment.

25

Chauffage – Rafraichissement (confort d’été)
> La RT 2012 encourage à construire
autrement avec :
• une architecture plus compacte
• une prise en compte systématique de la meilleure orientation pour
profiter des apports naturels de lumière et d’ensoleillement
afin de faciliter le rafraîchissement des pièces orientées au sud
• la mise en place d’espaces tampons (garage, buanderie) au nord
• une isolation thermique renforcée

; Pour des bâtiments résidentiels :
• mieux isolés, avec obligation de tester l’étanchéité à l’air
• faiblement consommateurs de chauffage : environ 15 kWhEP/m²/an
• équipés de systèmes de chauffage performants et/ou faisant appel
aux énergies renouvelables : pompes à chaleur, chaudière gaz à
condensation et poêle ou chaudière à bois
• dotés d’un triple vitrage pour les maisons chauffées par convecteur,
orientées au nord et/ou localisées en région froide

Tendances RT2012 quant au mode principal de chauffage

PAC
48 %

Maisons
individuelles
secteur diffus

Poêle bois
22 %
Electrique direct
4%
Chaudière gaz
à condensation
13 %

Chaudière à bois
13 %

PAC
23 %
Poêle bois
7%

Chaudière
à bois
10 %

Maisons
individuelles
groupées

Optimisation des performances
des parois vitrées et des occultants
Les parois vitrées sont les seuls éléments d’un
bâtiment qui permettent la transmission des apports
solaires, qu’ils soient énergétiques ou lumineux.
Il convient de prendre en compte certaines contraintes :
• optimiser la performance des parois vitrées
pour diminuer leurs déperditions,
• se protéger des apports solaires pour assurer
le confort thermique et lumineux des occupants.
Seuls des systèmes mobiles permettent d’assurer
la variabilité des performances des parois vitrées.
Ces protections mobiles peuvent être commandées :
• en mode manuel : par organe de commande manuel,
système de motorisation avec ou sans télécommande,
système de motorisation avec système de centralisation
• en mode automatique : complètement automatique
(horloge, capteur) ou avec dérogation pour l’utilisateur,
avec ou sans système de détection de présence.

Art. 24

Pilotage du chauffage en fonction
des besoins
Dans les bâtiments ou parties de bâtiments à usage
d’habitation, une installation de chauffage comporte,
par local desservi, un ou plusieurs dispositifs d’arrêt
manuel et de réglage automatique en fonction de la
température intérieure de ce local.
Toutefois lorsque le chauffage est assuré par un
plancher chauffant à eau chaude fonctionnant à basse
température ou par un appareil indépendant
de chauffage à bois, ce dispositif peut être commun
à des locaux d’une surface habitable totale maximum
de 100 m2.

La réponse
Schneider Electric

Electrique direct
10%
Chaudière gaz
à condensation
40 %

Réseaux de chaleur
2%
Autres
7%

Art. 6, 7, 21

Solutions “stand alone”
Logements
collectifs

TH

PAC
17 %

FIP
Chaudière
à bois
9%

THP
Chaudière gaz
à condensation
65 %

Artec
26

• Thermostats d’ambiance TH, THFP
(Fil pilote), THD+ (programmable)
• Thermostats modulaires
programmables THP1 (1 zone), THP2
(2 zones)
• Temporisateur ambiance Fil Pilote
FIP0, FIP’Clic 1 zone, FIP’Clic
2 zones, FIP’Clic 2 zones + mesure
• Thermostats d’ambiance M-Plan,
Artec, avec marche arrêt, à contact
inverseur, pour chauffage au sol avec
marche arrêt

Eclairage
Art. 20

Exigence de surface minimale
de parois vitrées
Pour les bâtiments ou parties de bâtiments à usage
d’habitation, la surface totale des baies, mesurée en
tableau, est supérieure ou égale à 1/6 de la surface
habitable.

Art. 27

Mise en place de système automatique
de détection de présence
Pour les parties communes internes horizontales
et verticales :
• Tout local comporte un dispositif automatique
permettant, lorsqu’il est inoccupé, l’extinction des
sources de lumière ou l’abaissement
de l’éclairement à un minimum réglementaire.
• De plus, lorsque le local a accès à la lumière naturelle,
il intègre un dispositif permettant une extinction
automatique du système d’éclairage
dès que l’éclairement naturel est suffisant

La réponse
Schneider Electric
Détection de mouvement

Un même dispositif dessert au plus :
• une surface maximale de 100 m²
• 3 niveaux pour les circulations verticales

Art. 28

Mplan

Installation de détecteurs
de présence dans les parkings
Les parcs de stationnement couverts
ou semi-couverts comportent :
• soit un dispositif automatique permettant l’extinction
des sources de lumière artificielle pendant les périodes
d’inoccupation,
• soit un dispositif permettant d’abaisser le niveau
d’éclairement au niveau minimum réglementaire pendant
les périodes d’inoccupation.

Altira

CDM 180

Argus 140

> Appareillage encastré :
• gammes Odace, M-Plan, Artec, Altira,
> Aquadesign
• Wall Mount
• gamme Argus
> Appareillage au plafond
• Argus 360

Programmation horaire
avec entrée capteur
> Appareillage :
• gammes M-Plan, Artec :
programmateur horaire
pour volets roulants avec option
capteur solaire/crépusculaire
• gammes M-Plan, Artec :
programmateur horaire pour gestion
de l’éclairage avec capteur solaire/
crépusculaire
> Modulaire :
• interrupteur crépusculaire
IC100K+1C/2C
• interrupteur crépusculaire avec
fonction interruption horaire intégrée
IC100Kp+1C/2C

27

Eau chaude sanitaire
Art. 16

Mise en œuvre de systèmes innovants

Comment ça marche ?

En raison de la baisse très significative des
consommations liées au chauffage, l’eau chaude
sanitaire devient le premier poste énergivore
du bâtiment résidentiel : 25 à 30 kWhEP/m²/an
Pour optimiser les consommations d’énergie liées
à l’eau chaude sanitaire, la RT2012 préconise :
• la généralisation du chauffe-eau thermodynamique
• ou la mise en œuvre de capteurs solaires thermiques
(au minimum 2 m²) respectant une orientation au sud
et une inclinaison entre 20 et 60°
• ou le raccordement à un réseau de chaleur alimenté
à plus de 50 % par une énergie renouvelable
ou de récupération
• ou la production d’eau chaude sanitaire par une
chaudière à micro-génération à combustible liquide
ou gazeux.

Le chauffe-eau
thermodynamique
2

Air aspiré

Air rejeté
1
3

5

Sortie
eau chaude

6

4

Entrée
eau froide

L’air ambiant (non chauffé), aspiré par le ventilateur (1), réchauffe le fluide
frigorigène gazeux dans l’évaporateur (2). Le fluide passe ensuite dans
le compresseur (3) où il gagne encore quelques degrés.
Dans le condensateur (4), le fluide transmet ses calories à l’eau du ballon.
Il se refroidit et passe de l’état gazeux à l’état liquide.
Le détendeur (5) amorce le passage du fluide de l’état liquide à l’état gazeux
et permet au fluide de recommencer un nouveau cycle dans l’évaporateur.
L’appoint électrique (6) se déclenche uniquement en cas de besoin.
En mode automatique, cet équipement sélectionne l’énergie qui permettra de
faire le maximum d’économies tout en garantissant un confort suffisant en eau
chaude. Le chauffe-eau choisit en priorité la pompe à chaleur pour fonctionner.
Source : Atlantic

28

Comment ça marche ?

Le chauffe-eau solaire individuel

raire

Image tempo

Le chauffe-eau solaire réagit comme un tuyau
d’arrosage plein d’eau que l’on laisserait
chauffer au soleil. Plus le tuyau est sombre, plus
l’eau est chaude. Et si le tuyau est placé sous
une vitre, l’eau peut même devenir bouillante.

Pour faire circuler le liquide caloporteur

Le capteur solaire (1) comprend :
• une plaque et des tubes métalliques noirs qui
constituent l’absorbeur.
C’est le cœur du système, qui reçoit le
rayonnement solaire et s’échauffe.
• un coffre rigide et thermiquement isolé entourant
l’absorbeur. Sa partie supérieure vitrée laisse
pénétrer le soleil et retient la chaleur comme une
petite serre. L’ensemble est en général placé sur
un toit.

La circulation du liquide peut être naturelle ou forcée :
• dans le premier cas, le liquide caloporteur circule grâce
à sa différence de densité avec l’eau du ballon. Tant
qu’il est plus chaud, donc moins dense qu’elle, il s’élève
naturellement par thermorégulatrice. Le ballon doit être
placé plus haut que les capteurs. Sur ce principe sont
conçus les chauffe-eau solaires «en thermosiphon» ;
• dans le second cas, une petite pompe électrique,
le circulateur (7), met en mouvement le liquide
caloporteur quand il est plus chaud que l’eau sanitaire
du ballon. Son fonctionnement est commandé par un
dispositif de régulation (8) jouant sur les différences
de températures : si la sonde du ballon (10) est plus
chaude que celle du capteur (9), la régulation coupe le
circulateur. Sinon, le circulateur est remis en route et le
liquide primaire réchauffe l’eau sanitaire du ballon.

Pour transporter la chaleur :
le circuit primaire (2)

Pour pallier l’insuffisance
d’ensoleillement

Pour capter l’énergie solaire

Etanche et calorifugé, il contient de l’eau
additionnée d’antigel qui s’échauffe en passant
dans les tubes du capteur et se dirige vers un
ballon de stockage.

Pour restituer la chaleur

Grâce à un échangeur thermique (serpentin),
le liquide primaire cède ses calories solaires à
l’eau sanitaire (3) et, ainsi refroidi, il repart vers le
capteur (4), où il est chauffé à nouveau tant que
l’ensoleillement reste efficace.

Pour stocker l’eau chaude

Le ballon solaire (5) est une cuve métallique bien
isolée qui constitue la réserve d’eau sanitaire. L’eau
chaude soutirée est remplacée immédiatement
par la même quantité d’eau froide du réseau (6),
réchauffée à son tour par le liquide du circuit
primaire.

En hiver, en demi-saison, en cas de longue période
de mauvais temps, l’énergie solaire ne peut assurer la
totalité de la production d’eau chaude. Aussi le ballon
est-il équipé d’un dispositif d’appoint qui prend le relais
en cas de besoin, et reconstitue le stock d’eau chaude.
Il peut s’agir :
• d’une résistance (appoint électrique), souvent placée
à mi-hauteur du ballon solaire ;
• d’un échangeur (11) (appoint hydraulique) raccordé
à une chaudière (12) (gaz, fioul, bois) située en aval du
ballon.
Un second ballon pourvu d’un réchauffeur électrique
peut également servir d’appoint.
Source : Ademe

Pour en savoir plus :

www.ademe.fr
29

Isolation/étanchéité
L’isolation est l’un des paramètres clés de la RT2012, plus
précisément en ce qui concerne l’exigence d’efficacité énergétique,
mesurée par le coefficient Bbio. Elle fait l’objet de mesures spécifiques
détaillées ci-contre.
À ces obligations vient s’ajouter, pour les zones climatiques difficiles,
une forte incitation au triple vitrage pour les parois vitrées qui
représentent désormais 1/6 des parois de la maison.

0,8 m3/h/m2 - 282 cm2

Valeur de référence de la RT 2005

0,6 m3/h/m2 - 210 cm2

8,5 cm

19 cm

16 cm

Niveau minimum exigé
par la RT2012

0,2 m3/h/m2 - 56 cm2

Objectif des maisons passives

Pour mieux comprendre
L’illustration ci-dessus schématise le volume total de fuites autorisé
par la RT2005, la RT2012 et dans le cas d’une maison passive.
Ce volume est symbolisé par un trou dont la taille correspond à
l’addition de toutes les fuites d’air. Le tout rapporté à l’échelle
d’une pièce d’un euro.
(Pour une maison de 110 m2 habitables et de 2,5 m sous plafond)

Renouvellement d’air 20 %
Toit 30 %
Ponts thermiques
(garages) 5 %

Portes et fenêtres
13 %

Murs 16 %

ire
image proviso

Sols 16 %

Déperditions d’air d’une maison standard construite avant 1975
Consommation énergétique supérieure à 300 kWh/m2/an
30

Art. 17

Obligation de test de perméabilité à l’air
La RT2012 impose le traitement de la perméabilité à l’air
des logements.
Deux cas de figure sont possibles :
• soit le bâtiment a fait l’objet d’une mesure de la
perméabilité à l’air, réalisée par un opérateur autorisé
par le ministère en charge de la construction et selon
les conditions définies par ce même ministère.
La perméabilité mesurée doit alors être inférieure à :
- 0,6 m3/h/m2 de parois déperditives hors plancher bas
en maison individuelle
- 1 m3/h/m2 de parois déperditives hors plancher bas
en immeuble collectif d’habitation.
• soit le bâtiment a fait l’objet de l’application d’une
démarche qualité agréée par le ministère en charge
de la construction.
Concrètement, cette option concerne les bâtiments
résidentiels ayant subi de grosses rénovations
nécessitant un permis de construire. Dans ce cas,
ce sont alors les méthodes constructives appliquées
qui permettent de valider l’étanchéité.
Modalités d’application de cette exigence :
• en maison individuelle, les deux options sont possibles
• en immeuble collectif, la mesure de perméabilité à l’air
est obligatoire jusqu’au 1er janvier 2015. Au-delà de cette
date, les deux options seront possibles.

La réponse
Schneider Electric
Boîtier d’encastrement
étanche Multifix Air

Comptage
Art. 23

La mesure des consommations
d’énergie : un incontournable
La RT2012 impose la mise en œuvre de systèmes
permettant de mesurer ou d’estimer
la consommation d’énergie de chaque logement.
L’information devra être délivrée :
• a minima mensuellement,
• dans le volume habitable*, par type d’énergie,
à minima selon la répartition suivante :
- chauffage,
- refroidissement,
- production d’eau chaude sanitaire,
- réseau de prises électriques,
- autres.
• répartition basée soit sur des données mesurées,
soit sur des données estimées.
* Dans le cas de logements locatifs sociaux, cette information
peut être délivrée aux occupants, a minima mensuellement,
par voie électronique ou postale et non pas directement
dans le volume habitable.

Totalement nouvelle, cette exigence de mesure
des consommations énergétiques et d’information
des occupants a pour objectif de les sensibiliser sur
leurs pratiques et, ainsi, de les inciter à modifier leurs
comportements.
La mesure par usage devrait notamment les alerter
sur les consommations liées aux usages domestiques
(appareils de cuisson, électroménager, multimédia, etc.)
qui devraient devancer les postes jusqu’alors les plus
énergivores : chauffage, climatisation, eau chaude,
éclairage et auxiliaires.

La réponse
Schneider Electric
Compteurs d’énergie
iEM2000T

Compteurs d’énergie
monophasés iME1, iME1z
(avec compteur partiel et raz),
iME1zt (+ report d’impulsion)

Compteurs d’énergie triphasés
+ neutre iME4, iME4z (avec
compteur partiel et raz) et
iME4zt (+ report d’impulsion)

Centrales de mesure PM9,
PM9p (report d’impulsion),
PM9c (Modbus RS485)

31

Energies renouvelables
Art. 16

Augmentation de la part
des énergies renouvelables
Tout bâtiment résidentiel neuf doit présenter
l’une des caractéristiques suivantes :
• produire de l’eau chaude sanitaire à partir
d’un système de production solaire
• être raccordé à un réseau de chaleur alimenté
à plus de 50 % par une énergie renouvelable
ou de récupération
• démontrer que la contribution des énergies
renouvelables au CEP du bâtiment est au moins
de 5 kWh/m²/an
• recourir à un chauffe-eau thermodynamique
pour la production d’eau chaude sanitaire
• recourir à une chaudière à micro-génération
à combustible liquide ou gazeux pour le chauffage
et/ou la production d’eau chaude sanitaire

Art. 30

Prise en compte de la production
locale d’électricité
La RT2012 permet, dans les bâtiments résidentiels
produisant de l’électricité localement (photovoltaïque,
éolienne), une augmentation de la consommation
maximale d’énergie de 12 kWhEP/m²/an (soit 62 kWhEP/
m2/an au lieu des 50 imposés par le coefficient Cepmax).
Par exemple :
Une maison équipée de panneaux solaires
photovoltaïques qui produisent 20 kWh d’énergie
verra son Cepmax passer de 50 kWhEP/m2/an
à 62 kWhEP/m2/an.

32

La réponse
Schneider Electric
SunEzy
Solution complète de conversion et de
protection pour l’énergie photovoltaïque
• Interconnexion des
modules photovoltaïque

• Protection courant
continu

• Protection courant
alternatif

• Onduleur SunEzy

33

Bâtiment tertiaire
> Un objectif de consommation fixé
à 50 kWhEP/m2/an modulé selon
plusieurs critères

Tout comme pour
le bâtiment résidentiel,
la RT 2012 encourage
à concevoir et à construire
les bâtiments tertiaires
en privilégiant :

; Le type de bâtiment

Ce qu’il faut retenir

En raison de la diversité des modes d’occupation des bâtiments
tertiaires (densité, horaires, activités des occupants, fermeture
hebdomadaire, usage d’eau chaude sanitaire, etc.), la RT2012
prévoit une segmentation en une trentaine de sous-secteurs :
bureaux, bâtiments d’enseignement, crèches, etc. Avec, pour
chacun de ces sous-secteurs, des exigences de résultats
Cepmax spécifiques.
Par exemple :
Concernant la garantie de confort d’été d’un bâtiment de bureau :
• sans recours imposé à la climatisation, la valeur moyenne du
Cepmax est de 60 kWhEP/m2/an
• avec l’obligation d’utiliser un système actif de refroidissement
(en cas d’interdiction d’ouvrir les baies vitrées), la valeur moyenne
du Cepmax est de 120 kWhEP/m2/an.

; 8 zones climatiques
Afin de prendre en compte les spécificités régionales,
la RT2012 divise la France en 8 zones climatiques (rappelons
que les départements d’outre-mer ne sont pas concernés par
cette réglementation). Le coefficient Cepmax pour les bâtiments
tertiaires varie ainsi de 44 à 102 kWhEP/m2/an selon la zone
géographique et le type de bâtiment.

Consommation
maximale
(Cepmax) par zone
géographique
(zones climatiques
en vigueur dans la
RT 2012)

77
77

84

Bureaux

(date de dépôt du permis de construire)

> renforcement des contrôles
par l’établissement d’une
attestation de prise en compte
de la réglementation thermique
à deux étapes clés du processus
de construction :
• lors de la demande de permis
de construire
• lors de l’achèvement du bâtiment.

66

55

94
94

63

50

102

85
61

77
56

> date d’application fixée
au 28 octobre 2011

55

70

56

34

61

• une architecture plus compacte
• une prise en compte systématique
de la meilleure orientation pour
profiter des apports naturels de
lumière et d’ensoleillement
• l’installation de protections solaires
(stores, débords de toit, végétation)
afin de faciliter le rafraîchissement
des locaux orientés au sud

94
50

44

Bâtiments
d’enseignements

77

85
77

Crêches

Chauffage – Rafraîchissement
(confort d’été)
Art. 6, 7, 21

Art. 34

Optimisation des performances
des parois vitrées et des occultants

Pilotage du chauffage selon les besoins

Les parois vitrées sont les seuls éléments d’un bâtiment
qui permettent la transmission des apports solaires,
qu’ils soient énergétiques ou lumineux.
Il convient de prendre en compte certaines contraintes :
• optimiser la performance des parois vitrées pour
diminuer leurs déperditions,
• se protéger des apports solaires pour assurer
le confort thermique et lumineux des occupants.
Seuls des systèmes mobiles permettent d’assurer
la variabilité des performances des parois vitrées.
Ces protections mobiles peuvent être commandées :
• en mode manuel : par organe de commande manuel,
système de motorisation avec ou sans télécommande,
système de motorisation avec système de centralisation
• en mode automatique : complètement automatique
(horloge, capteur) ou avec dérogation pour l’utilisateur,
avec ou sans système de détection de présence.

La réponse
Schneider Electric
Solutions KNX

Dans les bâtiments ou parties de bâtiment à usage
autre que d’habitation, une installation de chauffage
comporte, par local desservi, un ou plusieurs
dispositifs d’arrêt manuel et de réglage automatique
en fonction de la température intérieure du local.
Toutefois, lorsque l’intégralité du chauffage est assurée
par un plancher à eau chaude fonctionnant à basse
température ou par air insufflé ou par un appareil
indépendant de chauffage à bois, ce dispositif peut être
commun à des locaux de SUrt* totale maximum
de 100 m2.

Art. 35

Diversité des allures de chauffage
Dans les cas de bâtiments ou parties de bâtiments
à usage autre que d’habitation, toute installation
de chauffage desservant des locaux à occupation
discontinue comporte un dispositif de commande
manuelle et de programmation automatique, au moins
par une horloge, permettant :
• une fourniture de chaleur selon les quatre allures
suivantes : confort, réduit, hors gel, arrêt
• une commutation automatique entre ces allures.
Lors d’une commutation entre deux allures, la puissance
de chauffage est nulle ou maximum de façon à minimiser
la durée des phases de transition.
Un tel dispositif ne peut être commun qu’à des locaux
dont les horaires d’occupation sont similaires. Un même
dispositif peut desservir au plus une SUrt de 5 000 m².

* SUrt : surface utile d’un bâtiment ou d’une partie de bâtiment.
Au sens de la RT, la SUrt est la surface de plancher construite des locaux soumis à la réglementation thermique, après déduction des surfaces occupées
par les éléments suivants : murs, y compris l’isolation ; cloisons fixes prévues aux plans ; poteaux ; marches et cages d’escaliers ; gaines ; ébrasements de
portes et de fenêtres ; parties des locaux d’une hauteur inférieure à 1,80 m ; parties du niveau inférieur servant d’emprise à un escalier, à une rampe d’accès
ou les parties du niveau inférieur auquel s’arrêtent les trémies des ascenseurs, des monte-charges, des gaines et des conduits de fumée ou de ventilation ;
locaux techniques exclusivement affectés au fonctionnement général du bâtiment et à occupation passagère.

35

Eclairage
Art. 37

Art. 40

Pilotage de l’éclairage de chaque
local selon les besoins

Installation de détecteurs
de présence dans les parkings

Dans les bâtiments à usage autre que d’habitation, tout
local est équipé d’un dispositif d’allumage et d’extinction
de l’éclairage manuel ou automatique en fonction de la
présence.

Art. 38

Centralisation des commandes
d’éclairage depuis un poste
de supervision
Dans les bâtiments à usage autre que d’habitation, tout
local, dont la commande de l’éclairage est du ressort de
son personnel de gestion, y compris durant les périodes
d’occupation, comporte un dispositif permettant
l’allumage et l’extinction de l’éclairage. Si ce
dispositif n’est pas situé dans le local considéré, il
permet de visualiser l’éclairage dans ce local depuis
le lieu de la commande.

Art. 39

Implantation de détecteurs
de présence, de mouvement,
de luminosité
Dans les circulations et parties communes verticales
ou horizontales de bâtiments ou parties de bâtiment à
usage autre que d’habitation, tout local comporte un
dispositif automatique permettant, lorsque le local
est inoccupé, l’extinction des sources de lumière ou
l’abaissement de l’éclairement à un niveau minimum
réglementaire.
De plus, lorsque le local a accès à l’éclairage naturel,
il intègre un dispositif permettant l’extinction
automatique du système d’éclairage dès que
l’éclairement naturel est suffisant.
Un même dispositif dessert au plus :
• une SUrt maximale de 100 m² et un seul niveau
pour les circulations horizontales et parties
communes intérieures
• 3 niveaux pour les circulations verticales.

36

Dans les bâtiments à usage autre que d’habitation,
les parcs de stationnement couverts ou semi-couverts
comportent :
• soit un dispositif permettant d’abaisser le niveau
d’éclairement au niveau minimum réglementaire
pendant les périodes d’inoccupation
• soit un dispositif automatique permettant l’extinction
des sources de lumière artificielle pendant les périodes
d’inoccupation, si aucune réglementation n’impose un
niveau minimal.
Un même dispositif ne dessert qu’un seul niveau
et au plus une surface de 500 m².

Art. 41

Segmentation de l’installation
d’éclairage pour profiter
de la lumière naturelle
Dans les bâtiments ou parties de bâtiments à usage
autre que d’habitation, les points éclairés artificiellement
qui sont placés à moins de 5 m d’une baie sont
commandés séparément des autres points d’éclairage
dès que la puissance totale installée est supérieure
à 200 W.

La réponse
Schneider Electric
Solutions KNX

Comptage
Art. 31

Les consommations d’énergie
par usage : un incontournable
Les bâtiments à usage autre que d’habitation sont
équipés de systèmes permettant de mesurer ou de
calculer la consommation d’énergie :
• pour le chauffage : par tranche de 500 m² de SUrt
concernée ou par tableau électrique ou par étage
ou par départ direct
• pour le refroidissement : par tranche de 500 m²
de SUrt concernée ou par tableau électrique ou
par étage ou par départ direct
• pour la production d’eau chaude sanitaire
• pour l’éclairage : par tranche de 500 m² de SUrt
concernée ou par tableau électrique ou par étage
• pour le réseau de prises de courant : par tranche
de 500 m² de SUrt concernée ou par tableau électrique
ou par étage
• pour les centrales de ventilation : par centrale
• par départ direct de plus de 80 A.

La réponse
Schneider Electric
Compteurs d’énergie
iEM2000T

Compteurs d’énergie
monophasés iME1, iME1z (avec
compteur partiel et raz),
iME1zt (+ report d’impulsion)

Compteurs d’énergie triphasés
+ neutre iME4, iME4z (avec
compteur partiel et raz) et
iME4zt (+ report d’impulsion)

Centrales de mesure PM9,
PM9p (report d’impulsion),
PM9c (Modbus RS485)

Centrales de mesure PM200,
PM200P (avec report
d’impulsions), PM210 (Modbus
RS485), PM700, PM700P (avec
report d’impulsions), PM710
(Modbus RS485)

37

38

Chapitre 4

Des solutions performantes,
à la mesure des enjeux
En tant que spécialiste mondial de la gestion de l’énergie, nous,
Schneider Electric, sommes forcément concernés par cette
nouvelle réglementation. Notre rôle est à la fois de vous informer,
de vous conseiller – c’est l’objet des trois premiers chapitres de ce
guide – et bien sûr, de vous proposer des solutions adaptées à un
environnement en pleine mutation.

Vous trouverez dans les pages suivantes des solutions qui
s’inscrivent dans les objectifs de la RT2012 : mieux construire
pour consommer moins d’énergie, tout en améliorant le
confort des occupants des bâtiments.
Ces solutions ont été conçues en tenant compte de plusieurs
critères, parmi lesquels :
• le type d’investissement souhaité par le promoteur ou
le propriétaire, sur le plan technique et fonctionnel mais
également en termes budgétaires (depuis la mise en œuvre
de compteurs et de centrales de mesure jusqu’à la conception
d’un système de gestion centralisé du bâtiment),
• les besoins spécifiques de certains types de bâtiments
(plateaux de bureaux, établissements d’enseignement,
commerces, etc.).
Toutes ces solutions reposent sur les technologies
Schneider Electric les plus récentes et des architectures
testées et validées.
Outre la performance énergétique, nos solutions contribuent
à la réduction des coûts d’exploitation du bâtiment et à
l’augmentation de sa valeur d’usage.

39

Application : petits bâtiments tertiaires et industriels

Une solution simple de mesure :
premier pas vers l’efficacité
énergétique

Avantages

Gestion de l’énergie

Un système simple de mesure des consommations d’énergie de
mon bâtiment me permettrait de détecter des pistes d’amélioration
pour réduire mes dépenses énergétiques.

Pour
l’utilisateur

La solution

> Jusqu’à 10 %
de réduction des
consommation
d’énergie en
Mise en œuvre de compteurs d’énergie sur des équipements
stratégiques
Cette solution repose sur la mise en place de compteurs d’énergie pour
connaître précisément les consommations du bâtiment. L’exploitant
prend connaissance des données directement sur le compteur et peut
ainsi identifier les éventuelles surconsommations en divers points de
son installation.
Economiquement intéressante, cette solution permet de réaliser du
sous-comptage de l’énergie active consommée par des réseaux
électriques monophasés et triphasés, avec ou sans neutre distribué.
La mesure directe est possible jusqu’à 63 A. Au-delà de 63 A, un
transformateur de courant est nécessaire. Les compteurs d’énergie
peuvent être reliés à un système de gestion d’énergie à des fins
d’analyse et de reporting.

communiquant
les données aux
occupants du
bâtiment et en
sensibilisant ceuxci aux bonnes
pratiques de
consommation.
> Le moyen le

plus simple

pour initier
une démarche
d’efficacité
énergétique
et réduire ses
consommations.
> Possibilité de
faire de la sous-

facturation et
de la réallocation
des coûts.

40

Disjoncteur
iC60

Pour
l’installateur

Centrale
de mesure
iME4zrt

Disjoncteur
iC60

Disjoncteur
iC60

Disjoncteur
iC60

Disjoncteur
iC60

Centrale
de mesure
iME3zr

Centrale
de mesure
iME1zr

Centrale
de mesure
iME1zr

Compteur
d'énergie
iEM200T

+ Simplicité

d’installation,
même dans des
bâtiments existants.

+ Câblage facile :
inutile d’installer
un transformateur
(jusqu’à 63 A).

Etage n°1

Restaurant
d'entreprise

+ Intégration

dans les tableaux
facilitée par
la taille réduite
des compteurs
d’énergie.

+ Possibilité
de collecter
les données
à distance.

+ Connexion

simplifiée avec
le disjoncteur.

+ Possibilité

d’utiliser
des sorties
à impulsions
pour la gestion
à distance des
consommations.

Gamme ME
Les compteurs
d’énergie active ME
sont conçus pour des
réseaux monophasés ou
triphasés, avec ou sans
neutre distribué
• Mesure directe
jusqu’à 63 A, et jusqu’à
6 000 A avec un
transformateur de courant
• Montage sur rail DIN

• Affichage de 5 à
7 chiffres
• Sortie à impulsions pour
gestion à distance des
consommations
• Conforme aux normes
IEC 62053-21 et
IEC 61557-12

Les disjoncteurs IC
Ce sont des disjoncteurs
multinormes
(CEI/EN 60947-2 et
NF EN 60898-1) qui
associent les fonctions
suivantes :
• protection des circuits
contre les courants de
court circuit
• protection des circuits
contre les courants de
surcharge

• aptitude au
sectionnement en secteur
industriel selon la norme
CEI/EN 60947-2
- signalisation de
déclenchement sur défaut
par voyant mécanique
d’état rouge, en face
avant du disjoncteur.

41

Application : bâtiments tertiaires de 1 000 à 5 000 m²

Un panorama clair et détaillé
des consommations de fluides
et énergies

Avantages

Gestion de l’énergie

Je souhaite pouvoir détecter facilement, à intervalles réguliers,
les consommations anormales de mon bâtiment, pour une meilleure
maîtrise des flux d’énergie et des fluides.

Pour
l’utilisateur

La solution

Collecter les données de consommation avec un contrôleur
iRIO, analyser la consommation et détecter les problèmes
L’élément central de la solution est un contrôleur de la gamme iRIO,
qui collecte et stocke les données générées par des compteurs
d’énergie et de fluide ou des capteurs (température, pression, etc.).
Le contrôleur iRIO peut gérer des informations de type impulsions,
liaison série Modbus, communication ouverte M-Bus, ou données
analogiques (0-10V, PT100, PT1000, etc.).
Les données peuvent être :
• visualisées sous forme de synoptiques, tableaux de bord, et

courbes. Elles sont accessibles facilement et sans contrainte grâce
aux pages Web embarquées dans le contrôleur (pas de logiciel
nécessaire)
• exportées au format CSV (compatible avec Excel)
• traitées pour détecter des problèmes (fuites, surconsommations,
etc.) avec des fonctions de gestion d’alarmes (SMS, email).
Le contrôleur iRIO peut également assurer des fonctions de contrôle
et de régulation simple (pilotage de contacteur sur plage horaire,
pilotage chrono-proportionnel de chauffage électrique, etc.).
Les modules interfaces intelligents (SIM) assurent la communication
avec les compteurs distants. Dans des lieux difficiles d’accès,
la solution sans fil ZigBee, facile d’utilisation et peu gourmande en
énergie, peut-être utilisée.

> Jusqu’à 10 %
d’économies
d’énergie grâce
à l’analyse des
consommations
Potentiel
d’économie
supplémentaire
avec la mise
en place d’une
programmation
temporelle,
du pilotage des
charges, du
délestage.
> Maîtrise

des coûts

Possibilité
de déployer
partiellement la
solution dans un
premier temps pour
un rapide retour
sur investissement,
puis de l’étendre
avec des compteurs
supplémentaires.
> Une solution

Web pour une
exploitation
facilitée

Pas de poste
informatique dédié ;
données accessibles
depuis n’importe
quel ordinateur,
smartphone ou
tablette équipée d’un
accès à internet.

42

Client
Internet
Explorer

Navigateur
Internet

Internet

Bâtiment
Internet
Explorer

Gestion Technique Bâtiment

Pare-feu

Ethernet TCP/IP

Pour
l’installateur

+ Paramétrage

simple grâce à
une interface Web
intuitive : pas de
poste informatique
ou logiciel dédié ;
les données sont
accessibles à partir
de n’importe quel
ordinateur.

+ Vastes

du temps passé
sur site :
fonctionnement et
alarmes à distance.

+ Pas de câblage

supplémentaire
du tableau :
grâce aux
disjoncteurs
communicants
Compact NSX
intégrant nativement
la collecte
des informations
(mesure, état /
statut, données
d’exploitation,
commande à
distance).

Module
d'interface
SIM Moddbus

Contrôleur
iRIO

Passerelle
ZigBee
Relais de
commande

Eau

Masterpact

NSX

PM810

PM710
PM9P

Plages tarifaires

iEM2000T

Capteur de
température

Tableau Divisionnaire
Energétique (TDE)

Module
d'interface
SIM ZigBee

Module
d'interface
SIM ZigBee

Eau
NSX

PM9C

possibilités de
personnalisation :
mise en œuvre
de fonctionnalités
de contrôle
supplémentaires
en fonction
des besoins de
l’exploitant.

+ Réduction

Tableau Gestion Energétique (TGE)

Modbus RS485

PM9P

Tableau Terminal
Energétique (TTE)

Relais de
commande

PM9P

Module
d'interface
SIM Moddbus

iEM2000T

iEM2000T
Gaz
Eau
Capteur
de température

Contrôleur iRIO
• iRIO permet, à
l’aide d’un simple
navigateur Internet,
d’assurer à distance le
fonctionnement et le
contrôle de l’installation.
Totalement évolutif, iRIO
s’adapte à toutes les
applications.

Il centralise la gestion et
le suivi des opérations
à distance, via une
interface unique et facile
d’utilisation.
Il met à disposition les
données essentielles
pour élaborer un budget
détaillé et optimiser la
consommation d’énergie.

Module Interface
Intelligent (SIM)

Un large éventail de
moyens de mesure

• Les modules SIM
intègrent des entrées
analogiques et
numériques et des
sorties numériques. Les
modules SIM autorisent
les architectures mixtes,
associant des solutions
câblées et des solutions
ZigBee sans fil.

• Compteurs d’énergie
ME destinés à mesurer
l’énergie active consommée
par un circuit électrique
• Centrales de mesure
PM9, PM700, PM800 qui
offrent des fonctionnalités
de mesure haute
performance.
• Disjoncteurs
communicants Masterpact,
Compact NS >800A,
Compact NSX intégrant
nativement la collecte des
informations.

43

Application : plateaux de bureaux

Une gestion optimisée
des fonctionnalités de

mon plateau de bureaux

Avantages

Contrôle du bâtiment tertiaire

Je veux réduire sensiblement la consommation énergétique
dans mon immeuble de bureaux. Mais j’ai besoin d’un système souple
et évolutif qui puisse être reconfiguré ou complété au gré de mes
besoins, sans m’obliger à revoir le câblage.

La solution

Le système intelligent KNX est une solution complète qui permet de
piloter, de manière économique, tous les types d’éclairage, de chauffage, de
climatisation et d’ouvrants. Flexible, le système autorise l’extension de toutes
les fonctions et leur paramétrage à tout moment, sans endommager le site et
sans poser de nouveaux circuits.

44

Pour
l’utilisateur
> Economies
d’énergie :
jusqu’à 30%

Gestion de l’éclairage
Dans les bureaux, les salles de réunion et les open spaces
L’éclairage artificiel est activé dès que la luminosité naturelle tombe en deçà
d’un seuil donné et qu’il y a quelqu’un dans la pièce. Inversement, la lumière
s’éteint automatiquement dans les secteurs inoccupés ou lorsque l’éclairage
naturel est suffisant. L’éclairage artificiel varie automatiquement pendant
la journée, en complément de l’apport de lumière naturel, pour fournir une
luminosité constante et adaptée. Les zones “côté fenêtre” et “côté porte”
peuvent être différenciées. Des boutons poussoirs permettent de déroger
en mode manuel et de paramétrer les niveaux de luminosité souhaités.
Il est aussi possible de réunir les éclairages de deux pièces séparées par
une cloison mobile pour une utilisation plus souple des locaux.

> Confort de
travail avec un
environnement
toujours adapté
(température,
éclairage, qualité
de l’air).

Dans les parties communes
L’éclairage artificiel est activé dès que la luminosité naturelle tombe en deçà
d’un seuil donné et qu’il y a quelqu’un dans la pièce. La lumière s’éteint
automatiquement dans les secteurs inoccupés ou lorsque l’éclairage naturel
est suffisant. Un éclairage minimum peut être maintenu pour éviter de plonger
le local dans le noir.

> Flexibilité
dans l’évolution
ou l’extension de
l’installation.

Gestion du chauffage, de la climatisation et de la ventilation
Le système KNX permet de réguler différents types de chauffage (ventiloconvecteurs, poutres froides, chauffage électrique d’appoint, etc.) avec une
gestion des modes de confort (confort, éco, nuit, hors-gel, etc.) par détection
de présence ou par commande manuelle. Le chauffage passera par exemple
en mode hors-gel si une fenêtre est ouverte. Une sonde CO2 permet d’agir
sur le niveau de ventilation. Dans les salles de réunion, le chauffage de la
pièce pourra être anticipé en fonction du planning d’occupation.
Gestion des ouvrants
La gestion des volets roulants et des stores peut être centralisée, au niveau
de l’étage ou du bâtiment. De plus, les stores à lamelles peuvent être
automatiquement gérés pour limiter l’éblouissement de l’occupant tout en
procurant un apport de lumière naturelle optimum.

> Souplesse

d’utilisation :

commande locale
ou centralisée,
détection de
présence.

> Réduction et

planification des
dépenses de
maintenance

Le remplacement
des lampes est
facilité : l’installation
de ballasts DALI
permet de récupérer
des informations
en direct sur l’état
des ballasts et
des tubes.

Gestion centralisée
(bâtiment)

Gestion des bureaux individuels, open spaces et salles de réunion

Friday 04.12.2009
Function

Ceiling Lamp

Climate

Blinds

Curtain

Heating

A.C.

Fan

Graph

Media

Audio

Movies

Pictures

Files

Security

Alarm

Spots

Meeting Room

Default User

Inside

Outside

21

17

Air - Night Hunter.mp3
Internet

Alarm deactivated
Door

Cameras

Quad-View

2 new Voicemails for Default User
Communication

Phone

Phonebook

all Lights On

Détecteur
Altira

Sonde
CO2
Interface contact
de fenêtre

Intercom

Voicemail

Mail

Setup

Info Board

Settings

Floor Plan

Help

Interface de contrôle
via ordinateur

Gestion des
ventilo-convecteur

Environnement
OptiLine

Station météo

Pour
l’installateur

Gestion des parties communes (étage)

+ Flexibilité

maximale
Reconfiguration et
extension aisées :
une réactivité
immédiate aux
évolutions de
l’installation en
phase de réalisation
comme en phase
d’utilisation

Ecran tactile
de gestion locale
(étage)

Commandes et capteurs

Actionneurs divers
(modulaire dans TD, ou encastré)

+ Nouvelles

opportunités
commerciales
Cette solution offre
une large gamme
de fonctions
associant confort
et économies
d’énergie, dans le
résidentiel comme
dans le tertiaire

Conformité aux
normes

Interface utilisateur
graphique

Passerelle
DALI / KNX

Boutons poussoir
Altira

• KNX ISO IEC 14543
• EN50090

• Visualisation et contrôle
en local et à distance

• Interface avec des
ballasts DALI

• Gamme d’appareillage
45x45

Système
paramétrable depuis
un simple PC équipé
du logiciel ETS

KNX Argus
• Détection de présence
et gestion de lumière
constante

45

Application : établissements d’enseignement

Une gestion optimisée
des fonctionnalités de mon

établissement scolaire

Avantages

Contrôle du bâtiment

Je souhaite économiser l’énergie dans un établissement scolaire
en automatisant l’éclairage des salles de classe. Il me faut un système
flexible, avec possibilité d’extension à d’autres zones du bâtiment et
ajout de fonctionnalités.
Le système intelligent KNX est une solution complète qui permet de
piloter, de manière économique, tous les types d’éclairage, de chauffage, de
climatisation et d’ouvrants. Flexible, le système autorise l’extension de toutes
les fonctions et leur paramétrage à tout moment, sans endommager le site et
sans poser de nouveaux circuits.

La solution

Gestion de l’éclairage
Dans les salles de classes, de TP, etc.
L’éclairage artificiel est activé dès que la luminosité naturelle tombe en deçà
d’un seuil donné et qu’il y a quelqu’un dans la pièce. Inversement, la lumière
s’éteint automatiquement dans les secteurs inoccupés ou lorsque l’éclairage
naturel est suffisant. Les zones “côté fenêtre” et “côté porte” peuvent être
différenciées pour une régulation optimale de l’espace. Des boutons poussoirs
permettent de déroger en mode manuel (en cas de projection par exemple).
L’éclairage du tableau est commandé depuis le bureau de l’enseignant à
l’aide d’un bouton poussoir ou d’une télécommande.

46

Dans les parties communes
L’éclairage artificiel est activé dès que la luminosité naturelle tombe en deçà
d’un seuil donné. La lumière s’éteint automatiquement dans les secteurs
inoccupés ou lorsque l’éclairage naturel est suffisant. Un éclairage minimum
peut être maintenu pour éviter de plonger le local dans le noir.
Gestion du chauffage, de la climatisation et de la ventilation
Le système KNX permet de réguler différents types de chauffage (vannes de
chauffage, etc.) avec une gestion des modes de confort (confort, éco, nuit,
hors-gel, etc.) par détection de présence ou par commande manuelle. Le
chauffage passera par exemple en mode hors-gel si une fenêtre est ouverte.
Le nombre d’élèves étant souvent important, sur des durées longues, le taux
de CO2 est souvent supérieur aux préconisations de confort de travail. Une
sonde CO2 permet d’agir sur le niveau de ventilation et donc d’améliorer la
productivité et la concentration des étudiants.
Gestion des ouvrants
La gestion des volets roulants et des stores peut être centralisée, au niveau
de l’étage ou du bâtiment.

Pour
l’utilisateur
> Economies
d’énergie :
jusqu’à 30 %.
> Confort de
travail avec un
environnement
toujours adapté
(température,
éclairage,
qualité de l’air).
> Souplesse

d’utilisation :

commande locale
ou centralisée,
détection de
présence.
> Flexibilité
dans l’évolution
ou l’extension de
l’installation.
> Réduction et

planification des
dépenses de
maintenance

Le remplacement
des lampes est
facilité : l’installation
d’actionneurs
de commutation
à détection de
courant permet
de déterminer par
avance le nombre
d’heures d’utilisation
et d’établir un
calendrier de
remplacement.

Gestion centralisée
(bâtiment)

Gestion des salles de classe, de TP, etc.

Friday 04.12.2009
Function

Ceiling Lamp

Blinds

Curtain

Climate

Heating

A.C.

Fan

Graph

Media

Audio

Movies

Spots

Pictures

Files

Security

Alarm

Door

Cameras

Quad-View

Phone

Phonebook

Intercom

Voicemail

Meeting Room

Default User

Inside

Outside

21

17

Air - Night Hunter.mp3
Internet

Alarm deactivated

2 new Voicemails for Default User
Communication

all Lights On

Altira + télécommande

Mail

Setup

Info Board

Settings

Floor Plan

Help

Interface de contrôle
via ordinateur

Détecteur
Sonde
CO2
Interface contact
de fenêtre
Vannes chauffage

Pour
l’installateur

Station météo

Gestion des parties communes (étage)

+ Flexibilité

maximale
Reconfiguration et
extension aisées :
une réactivité
immédiate aux
évolutions de
l’installation en
phase de réalisation
comme en phase
d’utilisation.

Commandes et capteurs

Actionneurs divers
(modulaire dans TD, ou encastré)

+ Nouvelles

opportunités
commerciales
Cette solution offre
une large gamme
de fonctions
associant confort
et économies
d’énergie, dans le
résidentiel comme
dans le tertiaire.

KNX Argus
• Détection de présence

KNX Actionneur
de commutation
avec mesure de
courant intégrée

Boutons poussoir
Altira
• Gamme d’appareillage
45x45

• Gestion des éclairages
en tout ou rien

47

Avantages

Contrôle d’éclairage
Application : supermarchés

Une gestion d’éclairage adaptée
aux différentes zones de mon
supermarché, avec une
gestion horaire et crépusculaire
Je souhaite que l’éclairage de mon supermarché soit adapté
aux différents taux d’occupation, variables d’une zone à une autre.
Et cela afin d’éviter les dépenses inutiles.
Le système intelligent KNX est une solution complète qui permet de
piloter, de manière économique, tous les types d’éclairage, de chauffage, de
climatisation et d’ouvrants. Flexible, le système autorise l’extension de toutes
les fonctions et leur paramétrage à tout moment, sans endommager le site et
sans poser de nouveaux circuits.
Gestion de l’éclairage
Dans les parties ouvertes du supermarché
L’éclairage artificiel varie automatiquement pendant la journée, en complément
de l’apport de lumière naturelle, pour fournir une luminosité constante et donc
adaptée. Différents scénarios d’éclairage peuvent être configurés en fonction
de l’occupation des lieux. Ils sont enclenchés sur commande sur le poussoir ou
par détection de présence. Des scénarios différents peuvent être enclenchés
selon l’heure de la journée.

La solution

A l’extérieur
L’enseigne de l’établissement et les éclairages extérieurs peuvent être gérés
en fonction de la luminosité et des horaires.

48

Dans les parties communes
L’éclairage artificiel est activé dès que la luminosité naturelle tombe en deçà
d’un seuil donné et qu’il y a quelqu’un dans la pièce. La lumière s’éteint
automatiquement dans les secteurs inoccupés ou lorsque l’éclairage naturel
est suffisant. Un éclairage minimum peut être maintenu pour éviter de plonger
le local dans le noir.
Gestion du chauffage, de la climatisation et de la ventilation
Le système KNX permet de réguler différents types de chauffage (chauffage
électrique d’appoint, etc.) avec une gestion des modes de confort (confort,
éco, nuit, hors-gel, etc.) par détection de présence ou par commande
manuelle. Cela permet par exemple de passer le chauffage en mode hors-gel
quand une fenêtre est ouverte.
Interface graphique de contrôle
L’ensemble des informations peut être centralisé sur un tableau de bord pour
une vision rapide de l’état du bâtiment (état des éclairages, des consignes de
chauffage, etc.) afin de faciliter le travail du service de maintenance.
Les horaires de fonctionnement et les dérogations sont paramétrables
et pilotables depuis ce tableau de bord. Il est aussi possible de visualiser
d’autres informations telles que des caméras IP sur le réseau.
L’ensemble de l’installation est pilotable et peut être visualisée à distance
depuis un ordinateur ou un Smartphone.

Pour le
propriétaire
> Une mise
en valeur
de la qualité
des produits
vendus et donc
une image de
qualité pour le

supermarché :
un éclairage “surmesure” de la
marchandise.
> Economies

d’énergie :
jusqu’à 30 %.
Souplesse
d’utilisation :

>

commande locale
ou centralisée,
détection de
présence.
> Flexibilité
dans l’évolution
ou l’extension de
l’installation.
> Réduction et

planification des
dépenses de
maintenance

Le remplacement
des lampes est
facilité : l’installation
de ballasts DALI
permet de récupérer
des informations
en direct sur l’état
des ballasts et des
tubes.

Gestion centralisée
(service technique)

Gestion de l’éclairage du magasin et de l’enseigne

Friday 04.12.2009
Function

Ceiling Lamp

Blinds

Curtain

Climate

Heating

A.C.

Fan

Graph

Media

Audio

Movies

Spots

Pictures

Files

Meeting Room

Default User

Inside

Outside

21

17

Air - Night Hunter.mp3
Internet

Alarm deactivated
Security

Alarm

Door

Cameras

Quad-View

2 new Voicemails for Default User
Communication

Phone

all Lights On

Détecteur

Installation Canalis
compatible

Phonebook

Intercom

Voicemail

Mail

Setup

Info Board

Settings

Floor Plan

Help

Interface de contrôle
via ordinateur
Accès à distance

Sonde
CO2

Mureva
Interrupteur
crépusculaire

Pour
l’installateur

Ecran tactile de gestion
et d’affichage locale

Gestion des parties communes (sanitaires, etc.)

+ Flexibilité

maximale
Reconfiguration et
extension aisées :
une réactivité
immédiate aux
évolutions de
l’installation en
phase de réalisation
comme en phase
d’utilisation.

Commandes et capteurs

Actionneurs divers
(modulaire dans TD, ou encastré)

+ Nouvelles

opportunités
commerciales
Cette solution offre
une large gamme
de fonctions
associant confort
et économies
d’énergie, dans le
résidentiel comme
dans le tertiaire.

Conformité aux
normes
• KNX ISO IEC 14543
• EN50090

KNX Argus
• Détection de présence
et gestion de lumière
constante

Passerelle
DALI / KNX
• Interface avec
des ballasts DALI

Système
paramétrable depuis
un simple PC équipé
du logiciel ETS

49

Application : petits et moyens bâtiments

Maîtrise des consommations
du bâtiment par le contrôle
du chauffage, de la climatisation
et du comptage

La solution

Je souhaite offrir aux occupants de mon bâtiment un bon niveau
de confort tout en réduisant les dépenses énergétiques. Et cela tout en
garantissant la disponibilité de l’installation et la maîtrise des coûts de
maintenance.

50

Installer un système de gestion décentralisé pour piloter et
contrôler les équipements via un browser et disposer de données
sur les consommations énergétiques.
Basée sur le système XentaWeb, cette solution intègre, via les
contrôleurs IP multiprotocole Xenta 731, les fonctionnalités les plus
avancées en termes de gestion du chauffage, de la climatisation
et de l’éclairage.
La solution fournit toutes les données et contrôle les équipements
de chauffage ou climatisation via les modules d’entrées/sorties mais
également les consommations de fluides et d’énergies grâce à des
compteurs fluides implusionnels raccordés sur les modules I/O ou
communicant sous le protocole LON et raccordés directement sur le
Xenta 700. Le comptage électrique est assuré par des compteurs de la
gamme PM, Masterpact et Compact NSW à protection intégrée. Ils sont
raccordés directement sur le Xenta 700 sous le protocole ModBus.
Les contrôleurs TAC Xenta 4XX et 3XX gèrent le chauffage, la ventilation
et la climatisation ainsi que l’éclairage.
Communication avancée des données
• Rapports préconfigurés ou personnalisés, compatibles Web,
en local ou à distance
• Rapports manuels, programmés ou événementiels par mail ou
par le web
• Tracé des tendances pour chaque paramètre mesuré
• Analyse de l’efficacité énergétique, des pertes…
Architecture évolutive
• Communication basée sur IP via les infrastructures informatiques
existantes
• Outils de communication Internet pour une exploitation locale par
l’ajout d’un écran tactile ou à distance via un exploreur.

Avantages

Gestion de petits bâtiments

Pour
l’utilisateur
> Cette solution
contribue à la
réalisation des
objectifs d’économie
d’énergie visés
par la norme
européenne
EN 15 232.
> Economies
d’environ 30 %

sur les dépenses de
chauffage.

> Economies
d’énergie
d’environ 13 %.

Internet explorer

Ethernet IP

Comptage
multifluide

Modbus TCP
Serveur web
Xenta 731

ION7650

Modbus RTU

Pour
l’installateur
PM800

+ Des outils

avancés destinés
à garantir aux
intégrateurs et aux
installateurs une
efficacité maximale.

Compteur d'eau

LON Ftt10

Gestion CVC
Passerelle
Xenta 913

+ Compatibilité

avec tous
les équipements
de mesure
Schneider Electric.

Contrôleur TAC Xenta 302

+ Personnalisation

Variateur ATV 212

pour une mise en
oeuvre aisée des
différentes fonctions
du système.

+ Gestion

Ventilation

à distance
des alarmes,
des rapports et
de l’exploitation
en général, de
manière à réduire
le besoin de
présence sur site.

Chaudière

Les contrôleurs
multiprotocoles
TAC Xenta 731 offrent
de larges capacités de
communication
• Réseau LonWorks
compatible avec
les équipements tiers :
- contrôle du chauffage
ou de la climatisation via
des modules déportés
- commandes d’éclairage
- capteurs et actionneurs

• Communication
Modbus pour la
commande
et la supervision de
la consommation.

Passerelle Xenta 913
Elle permet d’intégrer
de façon complètement
transparente un grand
nombre de produits à un
réseau TAC-Schneider
Electric. Elle fonctionne
avec les protocoles
ouverts les plus courants,
tels que LonWorks et

Modbus. La configuration
est réalisée avec le
logiciel de programmation
XBuilder.

51

Application : tout type de bâtiments tertiaires

Gestion du chauffage, de la
ventilation, de la climatisation,
de l’éclairage, des systèmes de
sécurité* et des consommations
énergétiques
Je cherche un moyen simple de réduire mes investissements et
mes charges d’exploitation, tout en rendant mon bâtiment plus sûr,
plus confortable et plus économe en énergie. Mon système de gestion
du bâtiment idéal devra être convivial et devra aussi me permettre
d’accéder aux installations de chaque bâtiment depuis une seule et
même interface utilisateur.

Avantages

Gestion du bâtiment

Pour
l’utilisateur
> Jusqu’à 30 %
de performance
en plus !
> Réduction

des coûts

La solution

Rendre le bâtiment intelligent
Les systèmes intelligents de GTB Schneider Electric permettent une gestion
performante du bâtiment et génèrent des économies d’énergie significatives.
Conçus autour d’une technologie ouverte, conforme aux normes
internationales, ils facilitent l’intégration de l’ensemble des systèmes du
bâtiment (mono ou multisite) en un réseau unifié, piloté depuis une plateforme
logicielle unique.
L’interface utilisateur unique, implantée en local ou à distance, offre une vision
complète de tous les systèmes : chauffage, ventilation, climatisation, contrôle
d’accès*, vidéo-surveillance*, détection d’intrusion*, distribution électrique,
qualité de l’énergie, mesure des consommations.
Schneider Electric propose plusieurs systèmes de gestion intelligente
du bâtiment à base de solutions TAC Vista et Andover Continuum.
Principales fonctionnalités :
• Régulation programmable du chauffage, de la ventilation,
du refroidissement, de l’éclairage
• Régulation d’ambiance en fonction de l’occupation des locaux
• Rapports et analyses personnalisables de la consommation d’énergie
• Gestion avancée des alarmes
• Contrôle et gestion de l’éclairage intérieur et extérieur
• Contrôle et gestion des stores
• Gestion et archivage de mesure sous forme de tableaux ou de courbes
• Gestion de statistiques et de bilans énergétiques
• Gestion d’astreinte sur muliples supports
• Contrôle de la pression et des flux d’air
• Limitation des consommations électriques
• Contrôle de l’eau chaude sanitaire

* Uniquement la version Continuum

52

énergétiques et des
émissions de CO2.
> Simplicité

d’exploitation

grâce à une
plateforme logicielle
unique réunissant
l’ensemble des
commandes de
bâtiments.
> Réduction

des coûts

de formation,
de service, de
maintenance, et
d’administration.
> Réduction
des investissements
jusqu’à 25 %.
> Réduction des
coûts d’exploitation
jusqu’à 36 %.

Terrasse

Tours aéro
Routeur LON/IP
Régulateur
programmable
Xenta 300

Automate
Xenta 400

Automate
Xenta 400

Etage 6

Régulateur
paramètrable
pour ventiloconvecteur
Xenta 121

Etage 2

Pour
l’installateur

Ventiloconvecteur

Sonde
STR 350

+ Réduction

Régulateur
programmable
Xenta 300

Switch

Centrale de traitement d'air

Régulateur
programmable
Xenta 300

Passerelle
Xenta 913

Sous-sol

+

Homogénéisation
des activités
d’exploitation,
de formation,
d’administration,
de maintenance,
et de service.

Etage 1

des coûts
d’installation et
d’exploitation.

Centrale de mesure

Compteur d'eau

Groupe froid

Les solutions TAC
Vista et Andover
Continuum constituent
le système de gestion du
bâtiment le plus ouvert,
le plus évolutif et le plus
convivial du marché. Elles
fonctionnent avec des
interfaces et protocoles
ouverts LON ou BACnet
pour Continuum.

Ballon d'eau chaude sanitaire

Automate Xenta 401

Xenta 121

Adapté aux installations
HVAC, il intègre en
standard de nombreuses
fonctionnalités. Il est
raccordé à des modules
d’extension portant sa
capacité jusqu’à 100 E/S.
Sa capacité mémoire
permet de développer
des séquences
d’automatisme et de
régulation complexes.

Ce régulateur
paramètrable certifié
EU-BAC permet la
gestion complète de
terminaux tels que les
ventiloconvecteurs.
De nombreuses
fonctionnalités internes
permettent de s’adapter
à toutes les demandes
du marché, telles que la
gestion de la ventilation

variable ou tout ou rien, la
gestion de maître/esclave,
des dérogations en
réponse à des demandes
spécifiques. De plus,
ce régulateur LonMark
répond aux exigences
d’un système ouvert en
utilisant des standards de
communication.

53

Schneider Electric France
Direction Communication et Promotion
Centre PLM
F - 38050 Grenoble cedex 9
Tél. 0 825 012 999

ZZ4147

En raison de l’évolution des normes et du matériel, les caractéristiques indiquées par les textes
et les images de ce document ne nous engagent qu’après confirmation par nos services.
Ce document a été imprimé
sur du papier écologique
Crédits photos : Photothèque Schneider Electric - photobank.ch, Dainis Derics, Harry Hu,
Monkey Business Images, Otmar Smit, KK Art and Photography, Gorin, Patryk Kosmider,
Rob Byron, Franck Boston, NeonLight/shutterstock - Jupiterimages/Gettyimages - Geronimo
Conception et réalisation : pemaco
Impression :
12/2008
09/2011