L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation
thermique 2012
appliquée aux maisons
individuelles

Édition 2013

L e s e s s e n t i e l s d e l’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012

Depuis 1974 et le premier choc pétrolier, il existe en France une réglementation visant à limiter la consommation d’énergie des bâtiments inscrite dans le code de la construction et de l’habitation.
Aujourd’hui la réglementation thermique 2012 issue du Grenelle de l’Environnement est entrée en application. Il s’agit pour la France de généraliser la construction de bâtiments à basse consommation d’énergie.
Cet essentiel de l’habitat vous propose de découvrir la réglementation thermique 2012 appliquée aux
maisons individuelles ou accolées neuves1. Cette nouvelle réglementation est rentrée en application au
1er janvier 2013 pour toute demande de permis de construire.
Elle se veut plus lisible que la réglementation thermique 2005 avec des exigences de performances
énergétiques exprimées à l’échelle de la maison :
1.     le besoin bioclimatique maximal : Bbiomax
2.     la consommation conventionnelle d’énergie maximale : Cepmax
3.     le confort d’été, la température intérieure conventionnelle de référence : Ticréf
A ces 3 exigences sont associées quelques exigences de moyens complémentaires comme par exemple
le recours à une énergie renouvelable, le traitement de la perméabilité…
Par ailleurs, cette réglementation impose au maître d’ouvrage de démontrer, au terme de la construction,
que les exigences de performances énergétiques et de moyens ont été respectées, par la production obligatoire d’une attestation.
Cet essentiel de l’habitat s’articule autour des sept étapes d’un projet de construction, en mettant en
parallèle une présentation des éléments clés de la RT 2012 et un exemple concret de projet de construction
d’une maison individuelle.
Étape 1
Etude de l’efficacité
énergétique du bâti

Étape 2
Dépôt du permis de construire

Étape 3
Finalisation de l’étude thermique

Étape 4
Réalisation des travaux

Étape 5
Mesure de la perméabilité à l’air

Étape 6
Visite de contrôle

Étape 7
Réception des travaux

Vous trouverez les informations concernant l’application de la RT 2012 aux autres types de bâtiment dans les futurs numéros des
essentiels de l’habitat.

Sommaire
Etape 1     étude de l’efficacité énergétique du bâti . .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 3

Etape 2     Dépôt du permis de construire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Page 12

Etape 3     Finalisation de l’étude thermique . .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 14

Etape 4    Réalisation des travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Page 18

Etape 5     Mesure de la perméabilité à l’air

. .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 20

Etape 6    Visite de contrôle . .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 22

Etape 7     Réception des travaux

. .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 24

Lexique . .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 26

Les solutions Saint-Gobain . .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 30

Les formations Saint-Gobain . .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Page 42

1.     La réglementation ne s’applique pas au bâtiment ou partie de bâtiment: dont la température intérieure est inférieure à 12°C, provisoire, dont la durée d’usage < 2 ans ou ouverts.

   

2   

Saint-Gobain

Etude de l’efficacité
énergétique du bâti
etape 1

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Le besoin bioclimatique (bbio) est une nouvelle caractéristique énergétique instaurée par la réglementation thermique
2012, il représente les besoins de chauffage, d’éclairage et de rafraichissement conventionnels du bâtiment1. Ce n’est
pas une consommation et il ne s’apparente à aucune donnée utilisée jusqu’à aujourd’hui dans le bâtiment. il s’exprime en
points.
L’architecte ou le concepteur du bâtiment doit calculer (ou faire calculer par un bureau d’études thermiques) le bbio très en
amont du projet, la valeur du bbio étant en effet demandée lors de la dépose de la demande du permis de construire.
Le calcul du bbio est réalisé au moyen d’un logiciel approuvé par le Ministère en charge de la construction. il est basé sur la
méthode de calcul th bCE 20122.
La réglementation thermique 2012 demande que la valeur du bbio, calculée selon la configuration propre du projet, soit
inférieure à une valeur bbiomax , qui est fixée pour chaque projet par la réglementation.

Bbio ≤ Bbiomax

• Optimiser la valeur du besoin bioclimatique conventionnel :
Le bbio traduit la volonté réglementaire d’optimiser le bâti dès la conception afin de profiter au maximum des apports
énergétiques disponibles naturellement (lumière et chaleur), de valoriser la qualité de l’isolation pour limiter le recours à
des équipements consommateurs d’énergie pour les postes de chauffage de climatisation et d’éclairage. il ne s’agit pas
d’accoler des techniques et des produits performants mais bien de concevoir, de façon globale, un bâtiment dans son
environnement.
Les principaux facteurs d’optimisation du bbio sont les éléments qui influencent les besoins en chauffage, rafraichissement
et éclairage du bâtiment soit:
– la forme du bâtiment (développés des façades plus ou moins importants, compacité du bâtiment, la mitoyenneté…) ;
– l’orientation des baies ;
– les déperditions de chaleur par l’enveloppe :
- choix des matériaux de construction,
- mode constructif (isolation répartie, par l’intérieur ou par l’extérieur),
- performance de l’isolation,
- qualité de l’étanchéité à l’air,
- traitement des ponts thermiques ;
– les caractéristiques des baies :
- taux de surface vitrée,
- performances : transmission thermique, facteur solaire et transmission lumineuse,
- protection solaire (masques architecturaux et végétaux, volets, stores) ;
– L’implantation d’espaces tampons (vérandas, garage, sas)…
1.     Le Bbio ne se limite plus, comme le faisait le Ubat de la RT 2005, uniquement à la qualité de l’isolation.
2.    Voir le lexique page 27.

3

Saint-Gobain

Etude de l’efficacité énergétique du bâti

Le besoin bioclimatique conventionnel (Bbio)

thÉorie

Première étape du projet de construction : l’étude de l’efficacité énergétique du bâti. Cette étape est aujourd’hui incontournable avant le dépôt du permis de construire. Le maître d’ouvrage doit apporter la preuve que son projet répond à la première exigence de performance énergétique de la réglementation thermique 2012 : le besoin bioclimatique maximal (bbiomax).
Cette première étape sera aussi l’occasion d’imaginer de quelle énergie renouvelable la maison sera équipée.

11
3

2
4
5
6
7

Etude de l’efficacité
énergétique du bâti
etape 1

1

thÉorie

3

Etude de l’efficacité énergétique du bâti

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

1
2
4
5
6
7

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

• Calculer la valeur du besoin bioclimatique conventionnel (bbio) de son projet :
Le calcul du bbio doit être réalisé au moyen d’un logiciel appliquant la méthode th bCE 2012 approuvée par le Ministère en
charge de la construction.
Le calcul prend en compte l’ensemble des caractéristiques propres au bâti (conception architecturale, caractéristiques de
l’enveloppe en termes d’isolation, de transmission solaire, de transmission lumineuse, d’ouverture des baies, de ponts thermiques, d’étanchéité à l’air, d’inertie). Les données climatiques et les scénarios d’occupation sont fixés par la
méthode de calcul th bCE 2012.
Les définitions et les caractéristiques thermiques utiles des éléments constitutifs des ouvrages sont données dans les
règles th –U. Ces caractéristiques thermiques servent de données d’entrées au calcul thermique. Les règles th-U offrent un
socle de valeurs à utiliser à défaut de valeurs spécifiques validées par un tiers (valeurs données dans le cadre d’une certification ou d’un avis technique par exemple).
Les règles th–U sont constituées de 5 fascicules : généralités, matériaux, parois vitrées, parois opaques et ponts thermiques.
Quatre autres fascicules viennent compléter ces règles th-U: les règles th –i pour la caractérisation de l’inertie thermique
des bâtiments, les règles th-L pour la caractérisation du facteur de transmission lumineuse des parois du bâtiment , les
règles th-S pour la caractérisation du facteur de transmission solaire des parois du bâtiment et un fascicule dédié aux valeurs tabulées des caractéristiques des parois vitrées et des correctifs associés aux baies.

• déterminer le bbiomax de son projet :
La valeur du bbiomax est une modulation de la valeur bbiomaxmoyen, valeur qui est définie en fonction de la catégorie du bâtiment
CE1 ou CE21 (CE2 pour les bâtiments qui ont recours à un système actif de refroidissement). Le bbiomax est défini selon la formule
suivante :

Bbiomax = Bbiomax moyen x (Mbgéo + Mbalt + Mbsurf)

1.     Voir lexique page 26.

4

Saint-Gobain

Bbiomaxmoyen (en point)

H1a
72

Catégorie CE1

Catégorie CE2

60

80

H1b
84

H2a
60
H2b
60

– Mbgéo modulation selon la localisation géographique du projet
(selon les 8 zones climatiques réglementaires)- (modulation de 0,7 à 1,4),
– Mbalt modulation selon l’altitude à laquelle la construction est réalisée(modulation de 0 à 0,4),
– Mbsurf modulation selon la surface moyenne des logements du bâtiment
basée sur la SHONRT (modulation de -0,25 à 0,6).

H1c
84

H2c
54

H2d
60
H3
42

Exemple de niveaux d’exigence du Bbiomax
en maison individuelle (catégorie CE1, altitude < 400m
sans modulation de surface).

Les techniques utilisées pour répondre aux exigences suivantes sont prises en compte dans le calcul du Bbio. C’est donc à la
personne en charge du calcul du Bbio qu’il revient à ce stade de vérifier la conformité du projet vis-à-vis de ces exigences complémentaires de moyens.

Le traitement des ponts thermiques significatifs
Le ratio de transmission thermique linéique moyen global :
La réglementation impose que la valeur du ratio de transmission thermique linéique moyen global soit inférieure ou égale
à 0,28 W/ (m².SHONRT .K).
On considère pour ce calcul les ponts thermiques linéaires du bâtiment dus à la liaison d’au moins deux parois, dont l’une
au moins est en contact avec l’extérieur du bâtiment. Cela inclut les ponts thermiques de la périphérie des planchers bas et
intermédiaires, les ponts thermiques de la périphérie des toitures terrasses et les autres ponts thermiques comme ceux de
liaisons des pourtours des baies ou ceux des coffres de volets roulants.
Ratioψ ≤ 0,28 W/ (m².SHONRT .K)

∑ψ x l
Ratioψ =

i

SHONRT

ψ :    coefficient de transmission thermique linéique en W/(m.K)
l :     longueur de la liaison en m
SHON RT : Surface Hors Œuvre Nette au sens de la réglementation
thermique 2012.

1.     C
ette modulation a pour but de ne pas léser les petites surfaces. En effet pour ces dernières le rapport entre la surface de l’enveloppe et la surface habitable augmente
donc les déperditions thermiques rapportées au m² augmentent.

   

5   

Saint-Gobain

théorie   Etude de l’efficacité énergétique du bâti

Ou
Bbiomaxmoyen en point selon la catégorie du bâtiment,

11
2
3
4
5
6
7

Etude de l’efficacité
énergétique du bâti
etape 1

1

thÉorie

3

Etude de l’efficacité énergétique du bâti

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

1
2
4
5
6
7

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Le coefficient de transmission thermique linéique moyen des liaisons entre planchers intermédiaires
et les murs donnant sur l’extérieur ou un local non chauffé

ψ9moyen ≤ 0,6 W / (ml.K)

La réglementation impose que le coefficient de transmission thermique linéique moyen des liaisons entre les planchers
intermédiaires et les murs donnant sur l’extérieur ou un local non chauffé soit inférieur ou égal à 0,6W/(ml.K).

Les parois séparant des parties de bâtiment à occupation continue
de parties à occupation discontinue1
Cette exigence vise en particulier les parois de l’habitation donnant sur un local
chauffé selon des horaires différents du logement. C’est par exemple le cas des
parois mitoyennes séparant une maison individuelle d’un local d’activité professionnelle.
Ces parois séparant des parties de bâtiment à occupation continue de parties
à occupation discontinue doivent être isolées pour présenter
un Up moyen de parois < 0,36 W/(m².K).
Illustration d’une paroi séparant un local d’occupation
continue d’un local d’occupation discontinue

L’accès à l’éclairage naturel
Pour améliorer le confort des logements et favoriser l’éclairage naturel, la surface totale des baies donnant sur l’extérieur
(y compris la porte d’entrée) mesurée en tableau doit représenter à minima 1/6 de la surface habitable du bâtiment.
Surface totale des baies ≥ 1 SHAB
6

1.         Locaux à occupation discontinue : locaux qui ne servent pas à l’hébergement et dont la température normale d’occupation n’est pas maintenue durant un période
supérieure à 5H.

6

Saint-Gobain

Pour améliorer le confort des logements et gérer les apports solaires, les baies des locaux destinés au sommeil et les locaux
de catégorie CE1 (locaux non rafraichis) sont équipées de protections solaires mobiles de façon à ce que le facteur solaire
(g) des baies avec protections solaires fermées soit inférieur ou égal aux valeurs suivantes :

1

Valeurs maximales du facteur solaire (g) des baies en fonction de leurs expositions
1- Baies exposées BR1 hors locaux à occupation passagère
Baie verticale nord

0,65

0,45

0,25

Baie verticale autre que nord

0,45

0,25

0,15

Baie horizontale

0,25

0,15

0,10

2- Baies exposées BR2 ou BR3 hors locaux à occupation passagère
Baie verticale nord

0,45

0,25

0,25

Baie verticale autre que nord

0,25

0,15

0,15

Baie horizontale

0,15

0,10

0,10

3- Baies de locaux à occupations passagère
Baie verticale

0,65

0,65

0,45

Baie horizontale

0,45

0,45

0,45

Les valeurs des facteurs solaires des blocs baies (fenêtre avec volet roulant intégré) sont données par les fabricants.
Dans le cas de fenêtres équipées d’équipements de protections solaires indépendants, il existe des logiciels qui permettent
de calculer le facteur solaire résultant de l’ensemble.

L’exigence de confort d’été : l’ouverture des baies
Les ouvertures des locaux non climatisés et autre qu’à occupation passagère doivent pouvoir s’ouvrir sur au moins 30 %
de leur surface totale.

1.    Voir définition du classement au bruit des baies BR1 BR2 et BR3 page 28.

   

7   

Saint-Gobain

théorie   Etude de l’efficacité énergétique du bâti

L’exigence de confort d’été : la protection solaire des baies

11
2
3
4
5
6
7

Etude de l’efficacité
énergétique du bâti
etape 1

1

thÉorie

3

Etude de l’efficacité énergétique du bâti

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

1
2
4
5
6
7

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

La valeur maximale de la perméabilité à l’air des logements
Pour le calcul du besoin bioclimatique le moteur de calcul prend comme valeur forfaitaire la valeur de la perméabilité à l’air
du bâtiment comme étant égale à 0,6 m3/(h.m2), ce qui représente la valeur maximale de Q4Pa-surf que le projet ne doit pas
dépasser réglementairement. Cette valeur pouvant être minorée par la suite lors du calcul de la consommation conventionnelle énergétique (étape 3).
Dans tous les cas, et c’est une exigence de moyen réglementaire, cette valeur devra être mesurée in situ (voir étape 5).

Le recours obligatoire aux énergies renouvelables
Le recours à une source d’énergie renouvelable est une exigence de moyen propre aux maisons individuelles.
Le choix de l’énergie renouvelable envisagée, doit être réalisé avant le dépôt du permis de construire, il est en effet
nécessaire pour la réalisation de l’attestation de prise en compte de la réglementation thermique.

Le récapitulatif standardisé d’étude thermique
Le calcul du besoin bioclimatique, sa cohérence avec les obligations réglementaires et la conformité du projet avec les
exigences de moyens sont formalisés dans un document électronique qui doit être remis au maître d’ouvrage.
C’est le récapitulatif standardisé d’étude thermique1.
Le récapitulatif standardisé d’étude thermique sera complété tout au long du projet de construction jusqu’à sa version
finale qui sera remise à la réception des travaux (étape 7).

L E S co n S E i LS S a i n t- G o b a i n
la valeur du bbio
Le type d’équipement envisagé doit être connu dès ce stade du projet afin que la valeur du bbio soit cohérente avec les enjeux énergétiques et permette la validation des exigences de performance.
Pour favoriser la validation des exigences de performance énergétique du projet les minorations suivantes de la valeur du
bbiomax sont conseillées :
bbiomax conseillé SG=> bbiomax – 50 % (si des radiateurs électriques type panneaux rayonnants sont envisagés pour le chauffage)
bbiomax conseillé SG=> bbiomax – 20 % dans tous les autres cas.
80
70
60
50

67
58

57

40
30

53

48

43

42
36

36

33

30

20

38
27

34
24

21

10
0

h1a

h1b

h1c

h2a

h2b

h2c

h2d

h3

1.     Voir lexique page 27.

8

Saint-Gobain

Bbiomax réglementaire.
Conseil SG Bbiomax si chauffage avec
radiateurs électriques.
Conseil SG Bbiomax autres cas de
chauffage.
Exemples de valeurs de Bbiomax (en points)
pour une maison individuelle de catégorie
CE1 sans modulation de surface et pour une
altitude > 400m pour les 8 zones climatiques :

L’isolation de l’enveloppe du bâti :
Cas général : le Up moyen pour toutes les parois doit être de Up ≈ 0,20 W/(m2.K) exemple de répartition
Cas ou des radiateurs électriques (panneaux rayonnants ou assimilés) sont envisagés comme moyen de chauffage le Up
moyen conseillé pour toutes les parois doit être de Up ≈ 0,15 W/(m2.K)
Toitures:
Up ≤ 0,10 W/(m2.K)
Up ≤ 0,14 W/(m2.K)

Fenêtres de toit:
Orientées nord:
Vitrage g ≤ 0,42 (Sw ≤ 0,26)
Autres orientations:
Vitrage g ≤ 0,3 (Sw ≤ 0,2)

Fenêtres :
Doubles vitrages:
Uw ≤ 1,4 W/(m2.K)
Vitrage: TL > 70% et g ≥ 0,62
Triples vitrages:
Uw ≤ 1,1 W/(m2.K)
Vitrage: TL > 70% et g ≥ 0,62

Traitement
des ponts thermique
Murs :
Up ≤ 0,18 W/(m2.K)
Up ≤ 0,25 W/(m2.K)
Sols :
Up ≤ 0,14 W/(m2.K)
Up ≤ 0,23 W/(m2.K)

Protections solaires mobiles
sur toutes les baies.

+ Perméabilité à l’air : Q4pasurf ≤ 0,6 m3/(h.m2)

En rouge : performance à atteindre dans le cas
d’un chauffage par radiateurs électriques.

Le confort d’été et la protection contre les risques de surchauffe
Pour un climat plus chaud, l’utilisation de doubles vitrages du type CLIMAPLUS SUN, intégrant un verre de contrôle solaire
sgg PLANISTAR SUN pour les baies orientées Sud et Ouest et non protégées du rayonnement solaire, améliore le confort
des occupants. Ils permettent de limiter les surchauffes en été et aux intersaisons et de mieux profiter des baies en limitant
la durée de fermeture des stores ou des volets.
Pour un climat froid, Saint-Gobain conseille d’équiper les fenêtres de triples vitrages sur toutes les façades ou au moins sur
la façade nord.
Valorisation des performances thermiques
L’utilisation de systèmes performants certifiés (Avis Technique, CSTbat) permet d’optimiser les calculs thermiques en
utilisant des valeurs plus favorables que celles des règles Th.
Exemple : les Avis Techniques Isover dédiés aux systèmes Optima et Vario toiture permettent de certifier des valeurs de Up
dont la performance technique est jusqu’à 22 % supérieure à celle des règles Th.
Gestion des ponts thermiques
Les ponts thermiques des planchers bas
Le système Epsilon® de Placoplatre permet d’améliorer de près de 20 % la performance globale du plancher en alliant des
correcteurs de ponts thermiques Rupsilon® aux entrevous Hourdisol®.
Les ponts thermiques des planchers intermédiaires
L’utilisation des entrevous Placo®Voute de Placoplatre en plancher intermédiaire permet d’obtenir un coefficient de déperditions linéique ψmoyen < 0,40 W/m.K.
Dans le cas d’une recherche d’excellente performance du bâti, on pourra avoir recours à des correcteurs de ponts
thermiques.

   

9   

Saint-Gobain

théorie   Etude de l’efficacité énergétique du bâti

L es c o n se i ls S a i n t - G o b a i n

11
2
3
4
5
6
7

Etude de l’efficacité
énergétique du bâti
etape 1

1

1
2
3
4
5
6
7

Etude de l’efficacité énergétique du bâti pratique

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Exemple : construction de la maison de la famille Martin
Ouest

Ouest

Sud

Nord

Nord
Sud
Est
Est

Le projet de la famille Martin est de construire une maison de plain-pied de 90 m² de surface habitable à Vierzon (altitude
100 m et département 18). ils seront accompagnés pour ce projet par un constructeur de maisons individuelles.
En termes d’équipement, ils ne projettent pas d’installer un système de rafraichissement actif mais envisagent un
chauffage par panneaux rayonnants électriques.
Voici le plan et l’implantation de leur maison :
Projet maison Martin

Nord

Entrée

SHAB

90 m²

SHONRT

104,69 m²

Zone climatique

H2b

Catégorie

CE1

Surface des baies

15,23 m² soit 16.92 % de la SHab

Orientation des vitrages

40 % Sud
20 % Est
20 % nord
20 % ouest

Garage

Chambre 1

Chambre 2

Ouest

Est
Séjour / Salon
WC

Cuisine

Chambre 3
Salle de bain

Sud

L’étude préalable au permis de construire est réalisée avec leur constructeur.
Selon la réglementation thermique 2012 la valeur du bbiomax de leur projet ne devra pas excéder : 63,83 points.
Le calcul de bbio réalisé par un bureau d’études thermiques avec la configuration de la page suivante donne un bbio de
33,68 points.
Ouest

Bbio

Nord

33,68

Bbiomax

63,83

points

points

Sud
Est

10

Saint-Gobain

Les Solutions du projet de la famille Martin
Isolation des murs extérieurs
Option 1
Isolation par l’extérieur



Option 3
Isolation par l’intérieur doublage collé



Système weber.therm
Sur PSE 120 mm R = 3,75 m².K/W
+ Calimur®C20
R = 1,3 m².K/W
+ Revêtement technique Aéroblue®
+ Placomur® Essentiel 1.10 10+40



Calimur®C20
R = 1,3 m².K/W
+ système Optima mur
GR32 120 mm R = 3,75 m².K/W
+ système Opt’air
membrane Opt’air +pièces dédiées

Calimur®C20
R = 1,3 m².K/W
+ Revêtement technique Aéroblue®
+ Placomur® Maison Confort 3.8 13+120 mm
R = 3,8 m².K/W

Isolation des combles perdus
Option 1

Option2

Comblissimo
460 mm
+membrane Stopvap
+pièces dédiées
R = 10 m².K/W

IBR
300 + 100 mm
+ membrane Stopvap
+ pièces dédiées
R= 10 m².K/W

Isolation du plancher bas sur terre-plein
Maxissimo®
200 mm
R= 6,55 m².K/W

Isolation de la cloison séparative entre la maison et le garage
Placopan® marine
+ Placomur® Maison Confort 3.80 13+120
R = 3,8 m².K/W

Menuiseries et vitrages
Fenêtres

Porte d’entrée





Maxitherm ou Effybelle
Avec volet roulant intégré
Uw = 1,48 W/m².K)

Vitrages


Tempo +
Uw = 1,6 W/m².K)

SGG CLIMAPLUS® Ultra N (4(16Ar)4
Ug = 1,1 W/m².K)
g = 0,63
Tl = 80%

Panneaux photovoltaïque

PowerMax® Panneau photovoltaïque technologie couche mince AVANCIS CIS (CUIVRE-INDIUM-SELENIUM)

   

11   

Saint-Gobain

pratique   Etude de l’efficacité énergétique du bâti



Option2
Isolation par l’intérieur sur ossature métallique

11
2
3
4
5
6
7

Dépôt du permis
de construire
etape 2

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

2

thÉorie

4

Dépôt du permis de construire

1
2
3
5
6
7

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Le permis de construire se voit adjoindre une nouvelle pièce administrative à fournir lors de son dépôt. Le maître d’ouvrage
doit en effet fournir la preuve de la prise en compte de la Rt 2012 au dépôt du permis de construire. Cette exigence
réglementaire se traduit par la réalisation d’une attestation officielle : l’attestation de prise en compte de la réglementation
thermique 2012.

L’attestation de prise en compte
de la réglementation thermique 2012
Le maitre d’ouvrage doit justifier de la prise en compte de la réglementation thermique 2012 lors du dépôt du permis de
construire. L’attestation de prise en compte de la réglementation thermique concrétise cette demande, elle est réalisée sur
la base du récapitulatif standardisé d’étude thermique simplifié en version informatique (fichier au format .xml) qui a été
transmis au maître d’ouvrage après le calcul de son bbio.
Cette attestation mentionne, entre autres, les éléments suivants :
– les informations administratives classiques (adresse, référence cadastrale…),
– la surface habitable,
– la surface hors œuvre nette au sens de la réglementation thermique SHonRt ,
– la valeur du bbio du projet et la valeur bbio max réglementaire,
– la surface totale des baies, y compris les portes, mesurée en tableau,
– le statut du projet vis-à-vis de l’exigence de surface minimale de baies,
– la solution envisagée comme recours à une source d’énergie renouvelable ou solution alternative.
L’attestation est générée en utilisant un outil informatique mis à disposition par le Ministère en charge de la construction
sur le site www.rt-batiment.fr/batiments-neufs/reglementation-thermique-2012/formulaires-dattestation.html.

12

Saint-Gobain

avant le dépôt du permis de construire Mr Martin a réalisé
son attestation de prise en compte de la réglementation
thermique, avec le récapitulatif standardisé d’étude thermique remis par son constructeur. Cette attestation sera jointe
au dossier du permis de construire.
Elle précise le type d’énergie renouvelable envisagée, ici, un
chauffe-eau thermodynamique.
Ce choix pourra encore évoluer sauf dans le cas où il modifie
l’aspect architectural de la maison.

Ouest

Nord

Sud
Est

Extrait du permis de construire de la famille Martin

13

Saint-Gobain

pratique Dépôt du permis de construire

Exemple : construction de la maison de la famille Martin

1

22
3
4
5
6
7

Finalisation de l’étude
thermique
ETAPE 3

L E S E S S E N T I E L S D E L’ H A B I TAT

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

1

3

THÉORIE

5

Finalisation de l’étude thermique

2
3
4
6
7

C’est l’étape du choix des équipements de la maison. Sur la base du récapitulatif standardisé d’étude thermique réalisé lors
du calcul du Bbio, le maître d’ouvrage doit apporter la preuve que ses choix d’équipements lui permettent de répondre aux
exigences de performance énergétique de la réglementation thermique 2012 : la consommation conventionnelle
d’énergie (Cep) dont la valeur moyenne est de 50 kWhep/(m²SHONRT .an) et la température intérieure conventionnelle (Tic).
A ces exigences sont associées quelques exigences de moyens : mesure des consommations, utilisation d’une énergie
renouvelable…

La consommation conventionnelle d’énergie
La consommation conventionnelle d’énergie (Cep) exigée par la réglementation thermique n’est pas une prédiction de la
consommation future du bâtiment. La Cep est une consommation conventionnelle, basée sur des données climatiques
moyennes et des scénarios d’occupation représentatifs. Elle s’exprime en kilo watt heure d’énergie primaire par unité de
surface réglementaire (SHONRT ).
La consommation conventionnelle d’énergie telle que définie dans la réglementation thermique est la consommation
énergétique pour les cinq usages suivants (déduction faite de l’électricité produite à demeure) :
– le chauffage ;
– la production d’eau chaude sanitaire (ECS) ;
– le refroidissement ;
– l’éclairage ;
– les auxiliaires de chauffage d’eau chaude sanitaire, de ventilation et de refroidissement (pompes et ventilateurs).
Le calcul de la Cep est réalisé par un bureau d’étude thermique au moyen du moteur de calcul TH BCE 2012 approuvé par
le Ministère en charge de la construction.
La réglementation thermique 2012 demande que la valeur du Cep, calculée selon la configuration propre du projet, soit
inférieure à une valeur de Cepmax, fixée par la réglementation.
L’exigence de Cepmax est une valeur moyenne de 50 kWhep/(m²SHONRT .an).

Cep ≤ Cepmax

• Calculer la valeur de la consommation conventionnelle d’énergie (Cep) de son projet :
Le calcul du Cep doit être réalisé au moyen d’un moteur de calcul appliquant la méthode
Th BCE 2012 approuvé par le Ministre en charge de la construction.
Le calcul prend en compte les caractéristiques propres au bâtiment, soit les éléments déjà utilisés lors du calcul du Bbio,
auxquels viennent s’ajouter l’impact des systèmes énergétiques suivants :
– les systèmes de chauffage, de refroidissement et d’eau chaude sanitaire y compris les auxiliaires,
– les auxiliaires de ventilation,
– les systèmes d’éclairage,
– les systèmes de production locale d’énergie, y compris les auxiliaires.
Les données climatiques et les scénarios d’occupation sont fixés par la méthode de calcul TH BCE 2012.

14

SAINT-GOBAIN

1
La consommation conventionnelle d’énergie maximale est fixée réglementairement, sa valeur moyenne de
50 kWhep/(m²SHONRT .an) est modulée en fonction des cinq facteurs techniques et géographiques selon la formule suivante :

Cepmax = 50 x Mctype x (Mcgéo + Mcalt + Msurf + McGES )
Avec
• Mctype : la catégorie du bâtiment CE1 ou CE2 (CE2 pour les bâtiments qui ont
recours à un système actif de refroidissement) ;
Mctype

Catégorie CE1

Catégorie CE2

1

1,2

H1a
72
H1b
84

H2a
60

• Mcgéo : modulation selon la localisation géographique du projet selon les huit
zones climatiques réglementaires - (modulation de 0,8 à 0,4) ;
• Mcalt : modulation selon l’altitude à laquelle la construction est réalisée, trois
catégories sont définies : jusqu’à 400 m, de 400 m à 800 m ou au-delà de
800 m (modulation de 0 à 0,4) ;
• Mcsurf : modulation selon la surface de SHONRT (modulation de - 0,2 à 0,8) ;
• McGES : modulation selon l’émission de gaz à effet de serre des énergies utilisées : valorisation de l’utilisation du bois énergie comme système de chauffage/ECS et valorisation du raccordement à un réseau collectif vertueux en
émission de CO2. (modulation de 0 à 0,3)
Exemple : McGES = 0,3 dans le cas de l’utilisation d’un chauffage et/ou de
production d’eau chaude sanitaire utilisant le bois comme énergie.

H2b
60
H1c
84

H2c
54

H2d
60
H3
42

Exemple de niveaux d’exigence du Cepmax en maison individuelle (catégorie CE1, altitude < 400m sans modulation
de surface et sans modulation GES).

La contribution de la production locale d’électricité
Dans le cas d’une production à demeure d’électricité, la contribution apportée par la production locale ne pourra pas
excéder : Cepmax+12 kWhep/(m²SHONRT .an)

La température intérieure conventionnelle
La température intérieure conventionnelle (Tic) exprimée en °C est la température opérative maximale (qui correspond à la
sensation de l’occupant) pour un jour chaud d’été conventionnel, après une période de cinq jours chauds consécutifs. Elle
est calculée grâce au moteur de calcul TH BCE 2012 pour chaque projet.
Elle permet de caractériser le degré d’inconfort des bâtiments non climatisés (catégorie CE1).
L’exigence réglementaire est que la température intérieure conventionnelle Tic soit inférieure ou égale à la température
intérieure conventionnelle de référence (Ticréf ).
La Ticref est définie pour chaque projet au moyen du moteur de calcul basé sur la méthode Th BCE 2012.

   

15   

Saint-Gobain

théorie   Finalisation de l’étude thermique

• Déterminer la consommation conventionnelle d’énergie maximale Cepmax de son projet

2

33
4
5
6
7

Finalisation de l’étude
thermique
etape 3

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

1

3

thÉorie

5

Finalisation de l’étude thermique

2
3
4
6
7

Le recours obligatoire aux énergies renouvelables
Le recours à une source d’énergie renouvelable est une exigence de moyen propre aux maisons individuelles.
Le maître d’ouvrage doit, pour y répondre, opter pour l’une des cinq solutions suivantes :
1. installer au minima 2 m2 de capteurs solaires thermiques pour la production d’eau chaude sanitaire.
Les capteurs doivent posséder une certification CStbat ou Solar Keymark (ou équivalent). ils doivent être orientés au
sud, au sens de la réglementation thermique, soit selon une orientation entre le sud-est et le sud-ouest en passant par le
sud, y compris les orientations sud-est et sud-ouest et avoir une inclinaison entre 20° et 60°.
2. Se raccorder à un réseau de chaleur alimenté à plus de 50 % par une énergie renouvelable ou de récupération.
3. Démontrer conformément à la méthode de calcul tH bCE 2012 que la contribution des énergies renouvelables au Cep
du bâtiment est supérieure ou égale à 5 kWhep/(m2.an) .
Solutions alternatives acceptées :
4. installer un chauffe-eau électrique thermodynamique de CoP1 > 2.
5. installer une chaudière à micro-cogénération à combustible pour la production de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire.

L E S co n S E i LS S a i n t- G o b a i n
tout en répondant à l’obligation de recours à une énergie renouvelable, les panneaux solaires photovoltaïques PowerMax®
avancis de Saint-Gobain Solar avec leur technologie couche mince CiS (Cuivre-indium-Sélénium) offrent aux maisons
individuelles :
– une production d’électricité optimale grâce à un bon rendement en condition de faible luminosité et d’ombrage
partiel, et une excellente performance à température élevée ;
– une solution esthétique avec des fixations très discrètes ;
– une grande durabilité (cadres en aluminium résistant à la torsion et à la corrosion ou rails de fixation en face arrière,
verre Saint-Gobain trempé à haute transmission solaire, joint butyle périphérique pour la protection des cellules
contre l’humidité…).

La mesure (ou estimation) de la consommation
d’énergie de chaque logement
il est obligatoire de délivrer dans le volume habitable et par type d’énergie, une mesure ou une estimation de la consommation d’énergie.
L’information doit permettre à l’occupant de connaitre la consommation, à minima, selon la répartition suivante :
– chauffage, refroidissement, production d’eau chaude sanitaire, réseau de prises électriques, autres.
Les consommations des systèmes de chauffage individuel au bois ne sont pas soumises à cette obligation.

1.     Coefficient de performance
2.    Comparé aux autres technologies à couches minces

16

Saint-Gobain

1

Le permis de construire a été accepté sans modification, le constructeur a donc validé ses choix constructifs et a demandé
au bureau d’études thermiques de finaliser l’étude du projet .
Le mode de chauffage choisi est un chauffage par panneaux électriques rayonnants. Conformément à la réglementation, la
maison de la famille Martin sera équipée d’un conduit d’évacuation des fumées obturé de façon étanche.
Les choix des équipements est le suivant :
Equipement

Description

Chauffage

Panneaux rayonnants avec coefficient d’aptitude1 = 0,14

VMC

Simple flux hydro B basse consommation

Energie renouvelable

Chauffe-eau thermodynamique air ambiant/air extérieur2
COP 2,79

Suivi des consommations

Indicateur de consommation électrique

Le bureau d’études a déterminé les valeurs du Cepmax et de la Ticref comme étant égal à 53,63 kWhep/(m²SHONRT .an) et
29,97°C.
La consommation conventionnelle d’énergie primaire et la température intérieure conventionnelle du projet de la famille
Martin selon la configuration choisie par leur constructeur sont de : Cep = 53,08 kWhep/(m²SHONRT .an) et Tic = 27.67°C.
Ces valeurs sont inférieures aux objectifs réglementaires, le projet est donc conforme aux exigences de la RT 2012.
Ouest

Cep

Nord

53,08

Cepmax

53,63

kWhep/(m2SHONRT.an)

Ouest

Sud

Tic

Est

Nord

27,67°C

Ticref

29,97°C

Sud
Est

Répartition de la consommation conventionnelle d’énergie du projet de la famille Martin selon les 5 usages :
8%

34 %

3%

55 %

■ chauffage
■ eau chaude sanitaire
■ éclairage
■ auxilliaires
refroidissement 0%

1.     Caractérise la capacité du thermostat à maintenir une température ambiante stable
2.    Le chauffe-eau est installé dans le volume chauffé, dans un placard technique et il fonctionne la nuit.

   

17   

Saint-Gobain

pratique   Finalisation de l’étude thermique

Exemple : construction de la maison de la famille Martin

2

33
4
5
6
7

Réalisation
des travaux
etape 4

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

1
2

4

thÉorie

6

Réalisation des travaux

3
4
5
7

L’étape de réalisation des travaux est une étape cruciale, la qualité de la mise en œuvre pilote en effet la performance
énergétique finale du bâtiment.
Un soin particulier devra être apporté aux jonctions des ouvrages afin de garantir la qualité de la perméabilité à l’air du
bâtiment.

L E S co n S E i LS S a i n t- G o b a i n
la mesure de la perméabilité à l’air en cours de chantier
Pour s’assurer du bon déroulement des travaux, il est conseillé de réaliser une mesure durant les travaux avant la pose des
parements de finition pour évaluer la valeur de perméabilité à l’air.
La machine d’auto-évaluation isov’air test permet une évaluation rapide de
l’étanchéité à l’air d’un bâtiment en fonction des niveaux de Q4Pa-Surf réglementaires. Elle permet de détecter en cours de chantier les problématiques d’étanchéité à l’air et de faciliter la coordination entre les différents corps de métiers.
Elle peut être utilisée pour des mesures intermédiaires, en fin de chantier ou
pour anticiper la mesure officielle de logements dont la surface de paroi froide
est inférieure à 700 m2 en maison individuelle.
Cette machine ne nécessite pas l’intervention d’un opérateur spécialisé et
délivre un résultat de mesure direct, elle permet la visualisation en temps réel
de l’impact du traitement des fuites.

18

Saint-Gobain

1

Exemple : construction de la maison de la famille Martin
Ouest

Sud

Nord

De plus, le constructeur de la famille Martin a fait réaliser une mesure de perméabilité à l’air avant la pose
des parements de finitions.

Est

Voici un extrait des cahiers de détails utilisés lors du chantier de la construction de la maison de la famille Martin.
Système Opt’Air- Système d’étanchéité à l’air des murs maçonnés

Raccord avec le plafond

Raccord avec les menuiseries

Liaisons périphériques et entre lés

Réaliser les liaisons avec l’adhésif
Vario KB1

Réaliser les liaisons avec les adhésifs
Vario Protape et Vario DS

Réaliser les liaisons avec l’adhésif
Vario KB1 et Vario DS

Revêtement technique Aeroblue® - Système d’étanchéité à l’air des murs maçonnés

Pose des menuiseries extérieures

Les jonctions sont renforcées par la pose d’un treillis fibre de verre type Fibratape® posé entre la
1ère et la 2e passe du revêtement technique Aéroblue®.

Respects des préconisations du DTU 36.5
Réalisation
des calfeutrements
latéraux et supérieurs

Réalisation
du calfeutrement
en appui

Jonction avec un plafond plaque de plâtre

Jonction pied droit / rampant

   

19   

Saint-Gobain

Rejingot maçonnerie

pratique   Réalisation des travaux

Le constructeur de la famille Martin a établi
des carnets de détails de chantier il a informé et
attribué à chaque intervenant sur le chantier ses
responsabilités pour garantir une mise en œuvre de
qualité.
Ces carnets de détails techniques ont permis aux
divers intervenants sur le chantier d’être sensibilisés
par exemple, aux points de vigilance concernant
l’étanchéité à l’air.

2
3

44
5
6
7

Mesure de la
perméabilité à l’air
etape 5

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

1
2

6
7

Mesure de la perméabilité à l’air

5

5

Le traitement de la perméabilité à l’air des logements

INDISPE
ENT

BLE
NSA

4

thÉorie

3

DOCUM

Lors de cette étape le maître d’ouvrage doit apporter la preuve que son projet répond à l’exigence de traitement de la
perméabilité à l’air, avec le respect du seuil maximal de perméabilité à l’air de Q4Pa-surf ≤ 0,6 m3/(h.m2).

RT 2012

La réglementation thermique 2012 impose la justification de la valeur de la perméabilité à l’air
des maisons individuelles. La valeur de perméabilité à l’air en Q4Pa-surf doit être inférieure ou égale à 0,6 m3/(h.m2) et
cohérente avec la valeur utilisée dans le récapitulatif standardisé d’étude thermique.
Dans la pratique, la justification de la perméabilité à l’air peut être réalisée :
– soit par une mesure systématique de chaque opération,
– soit en intégrant l’étanchéité à l’air dans une « démarche de qualité de l’étanchéité à l’air du bâtiment et, éventuellement, des réseaux aérauliques ».
Dans le premier cas, un opérateur autorisé par le Ministère en charge de la construction vient réaliser une mesure sur site.
il remet, suite à sa mesure, un rapport de mesure complet dont le contenu normalisé inclut : le descriptif précis du bâtiment testé, les conditions de l’essai, les résultats complets obtenus, les coordonnées de l’entreprise qui a réalisé l’essai …
ainsi que les éléments attestant de son autorisation à réaliser les mesures.
C’est ce rapport de mesure qui sert à justifier la valeur de perméabilité.
Dans le cas de la démarche qualité, la mesure sur site n’est pas systématique c’est l’agrément à la démarche qualité qui sert
à justifier la conformité à la valeur minimale de perméabilité.

L E S co n S E i LS S a i n t- G o b a i n
Pour en savoir plus découvrez l’essentiel de l’habitat dédié à la perméabilité à l’air.

20

Saint-Gobain

1

Exemple : construction de la maison de la famille Martin

Sud

Nord

Opé
rat
agré eur
é

Est

INDISPE
ENT

BLE
NSA

DOCUM

Un opérateur autorisé par le Ministère en charge de la construction a été mandaté pour réaliser la mesure de perméabilité à l’air.
Le résultat de la mesure est une perméabilité de Q4Pa-surf = 0,2 m3/(h.m2). La valeur est inférieure à l’exigence réglementaire,
le projet est conforme à la réglementation thermique 2012.
À la fin de la mesure, l’opérateur remet le rapport complet à la Famille Martin.

RT 2012

Extrait du rapport de mesure d’étanchéité à l’air
de la maison de la famille Martin

21

Saint-Gobain

3
pratique Mesure de la perméabilité à l’air

Ouest

2
4

55
6
7

Visite
de contrôle
etape 6

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

1
2
3

7

L’attestation de prise en compte de la réglementation thermique
à l’achèvement des travaux

INDISPE
ENT

BLE
NSA

6

6

Visite de contrôle

5

thÉorie

4

DOCUM

Le maitre d’ouvrage doit fournir la preuve de la conformité de son projet avec la réglementation thermique 2012. Cela se
traduit par une visite de contrôle du chantier par une personne autorisée, qui va, par sa visite mais aussi avec le récapitulatif standardisé d’étude thermique, établir une attestation de prise en compte de la réglementation thermique à l’achèvement des travaux.

RT 2012

Le maître d’ouvrage doit joindre à sa déclaration d’achèvement des travaux l’attestation de prise en compte de la
réglementation thermique.
Cette attestation doit donner lieu à une visite sur site d’un contrôleur.
Ce contrôleur peut être, pour l’élaboration de l’attestation d’une maison individuelle, l’une des personnes ou organismes
suivants :
– un organisme de contrôle technique,
– un architecte,
– un diagnostiqueur DPE,
– un organisme en charge de la certification au titre d’un label de « haute performance énergétique ».
Le contrôleur doit disposer, avant sa visite, du récapitulatif standardisé de l’étude thermique qui permet de justifier de la
conformité aux exigences de performances réglementaires (bbio, Cep et tic).
ii complète ensuite lors de sa visite sur site l’attestation en constatant la présence effective des éléments comme les équipements d’énergie renouvelables, de ventilation, des générateurs de chauffage, de refroidissement et d’eau chaude
sanitaire, les protections solaires…
Le nombre et le type d’isolant effectivement installés lors du chantier doivent être attestés. Le contrôle est effectué sur la
base des factures et/ou des bons de livraison. Le contrôleur doit vérifier la résistance thermique des isolants, la surface
effectivement posée et la cohérence avec l’étude thermique.
L’attestation est générée en utilisant un outil informatique mis à disposition par le Ministère en charge de la construction
sur le site :
www.rt-batiment.fr/batiments-neufs/reglementation-thermique-2012/formulaires-dattestation.html

22

Saint-Gobain

1

Exemple : construction de la maison de la famille Martin

3
4

Ouest

Nord

Sud

INDISPE
ENT

BLE
NSA

DOCUM

Est

RT 2012

Extrait du dossier de déclaration
d’achèvement et de conformité
des travaux de la famille Martin.

23

Saint-Gobain

pratique Visite de contrôle

Le constructeur a mandaté avec la famille Martin
un diagnostiqueur DPE pour réaliser l’attestation de prise en compte de la réglementation
thermique 2012 à l’achèvement des travaux. Le
diagnostiqueur DPE pour compléter l’attestation utilise le récapitulatif standardisé d’étude
thermique fourni par le bureau d’études thermique , il réalise une visite du chantier et
contrôle les factures des différents isolants
utilisés sur le chantier.
Une fois l’attestation complétée elle est transmise à la Famille Martin, qui la joint à sa
« déclaration attestant l’achèvement et la
conformité des travaux » qui est remis à la
mairie de Vierzon.

2

5

66
7

Réception
des travaux
etape 7

L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

1
3
4

Le récapitulatif standardisé d’étude thermique

INDISPE
ENT

BLE
NSA

7

7

Réception des travaux

6

thÉorie

5

au terme de son chantier le maître d’ouvrage reçoit les éléments lui permettant de justifier auprès d’un tiers la conformité
de son projet vis-à-vis de la réglementation thermique 2012.
Ces éléments sont :
– le récapitulatif standardisé d’étude thermique,
– le diagnostic de performance énergétique (qui est obligatoire pour toute construction d’une maison individuelle
depuis 2007).
DOCUM

2

RT 2012

instauré par la réglementation thermique 2012, le récapitulatif standardisé d’étude thermique en version informatique doit
être établi par la personne chargée de la mission de maitrise d’œuvre, si le maitre d’ouvrage lui a confié une mission de
conception, ou par le maitre d’ouvrage s’il assure lui-même la mission de maitrise d’œuvre.
Le récapitulatif standardisé d’étude thermique permet de justifier de l’application des exigences de la réglementation
thermique 2012. il doit pouvoir être présenté par le maitre d’ouvrage durant 5 ans après l’achèvement des travaux , à tout
acquéreur, à toute personne chargée d’établir une attestation de prise en compte de la réglementation thermique ou d’un
label, à toute personne chargée d’établir le diagnostic de performance énergétique et au contrôleur assermenté chargé de
l’application des règles de construction.

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE)
Le maître d’ouvrage doit faire établir un diagnostic de performance énergétique par un diagnostiqueur certifié, il doit être
remis au plus tard à la date de réception des travaux.
Le diagnostic de performance énergétique contient :
– une description des principales caractéristiques du bâtiment et de ses équipements thermiques,
– une estimation de la consommation annuelle d’énergie, exprimée en énergie primaire, pour le chauffage, la production et le refroidissement d’eau chaude sanitaire et de son coût,
– une classification sur une échelle de performance allant de a (consommation ≤ 5 kWhEP/m2).an à G
(consommation < 450 kWhEP/m2),
– une indication de la quantité de Co2 émise par la consommation énergétique du bâtiment avec une classification sur
une échelle de a à G en kg équivalent de Co2 par m2 par an,
– des recommandations de travaux qui pourraient être réalisés pour améliorer la performance énergétique du bâtiment.
Le DPE ne peut être établit par le bureau d’étude qui a réalisé l’étude thermique du bâtiment.
Le DPE est valable 10 ans. Une copie du DPE est obligatoirement adressée à l’ademe par le diagnostiqueur (base centralisée de tous les DPE nationaux).

24

Saint-Gobain

1

Exemple : construction de la maison de la famille Martin

3
4

Ouest

5
Nord

Sud

INDISPE
ENT

BLE
NSA

DOCUM

Est

RT 2012

Extrait du récapitulatif standardisé d’étude thermique et du diagnostic de performance énergétique de la famille Martin.

25

Saint-Gobain

pratique Réception des travaux

La famille Martin a fait appel a un diagnostiqueur
autorisé pour faire établir le DPE de leur maison.
Ce DPE a été élaboré sur la base du récapitulatif standardisé d’étude thermique qui leur avait
été remis par leur bureau d’études
thermiques.

2

6

77

Lexique
Energie Primaire- énergie finale
Pour apporter une quantité d’énergie à un consommateur
(énergie finale) il faut produire une quantité totale d’énergie
supérieure (énergie primaire), qui inclut les pertes (production,
transformation, transport, distribution, stockage) lors de la
chaîne énergétique.
Par convention les facteurs de conversion pour passer de
l’énergie primaire à l’énergie finale en fonction de l’origine de
l’énergie sont donnés dans le tableau suivant :
Coefficient de transformation de
l’énergie primaire en énergie finale
Pour l’électricité

1kWh énergie finale ↔ 2,58kWh énergie primaire

Pour les autres énergies
(gaz, réseaux de chaleur, bois)

1kWh énergie finale ↔ 1kWh énergie primaire

Approvisionnement
externe

Dans le cadre des maisons individuelles et des logements collectifs, sont considérés comme des locaux de catégories CE2
les locaux qui peuvent être équipés de systèmes actifs de refroidissement pour assurer le confort d’été. Cette catégorie est
limité aux bâtiments construits en zone climatique H2d ou H3,
à une altitude inférieure à 400 m et où le bruit rend impossible
de garder les baies exposées ouvertes (baies classées BR2 ou BR3).
Les autres locaux sont de catégories CE1.
Lorsqu’un bâtiment de la catégorie CE1 est volontairement
climatisé, les consommations de climatisation doivent être
compensées par des économies sur les autres postes de
consommation.

Energie primaire

Pertes
de transformation

Pertes
de production

Pertes
de stockage

Pertes
de transport
Zones climatiques visées par la catégorie CE2

Energie finale

Maison individuelle
Au sens de la réglementation thermique 2012, une maison
individuelle est un bâtiment d’habitation comprenant au plus
deux logements (superposés ou disposant d’une seule porte
d’entrée).

Pertes
des systèmes
Réseau interne
au bâtiment

Catégories des Locaux CE1/CE2

Energie utile

La surface de plancher hors œuvre nette, au
sens de la réglementation thermique SHONRT

La SHONRT représente la somme des surfaces de plancher de
chaque niveau de la construction, après déduction des
surfaces de locaux sans équipements de chauffage.
Elle est égale à la surface hors œuvre brute SHOB du bâtiment
après déduction des surfaces de planchers suivantes :
SHONRT

=

SHOB



Occupation passagère
Un local à occupation passagère est un local dont l’usage ne
nécessite pas qu’un occupant y séjourne plus d’une
demi-heure. (exemple : la salle de bain, les toilettes).
Attention une cuisine n’est pas considérée comme un local
d’occupation passagère.

Occupation continue/discontinue
Une partie de bâtiment à occupation discontinue doit réunir
les deux conditions suivantes : il n’est pas destiné à héberger
des personnes et il n’est pas chauffé en continu (exemple certains locaux à usage professionnel ).
Les parties qui ne répondent pas à ces deux conditions sont
dites à occupations continues.

Surfaces de planchers hors œuvre des:
– Combles et sous-sols non aménageables ou aménageables
et non aménagés;
– Toitures-terrasses, balcons, loggias, vérandas non chauffées
et surfaces non closes situées au rez-de-chaussée ou à des
niveaux supérieurs;
– Surfaces aménagées en vue du stationnement des véhicules.

   

26   

Saint-Gobain

Lexique
Méthode de calcul Th-BCE 2012 – les données
climatiques et scénarios conventionnels
d’occupation
La méthode de calcul Th BCE ne calcule pas les consommations énergétiques réelles du bâtiment mais des consommations conventionnelles.
Elle utilise comme données d’entrée, des valeurs conventionnelles pour les données climatiques et celles relatives à l’occupation et à l’usage des bâtiments.
Les données climatiques conventionnelles sont définies selon
les huit zones climatiques réglementaires. Elles incluent les
variables suivantes : le rayonnement solaire et lumineux, la
température, l’hygrométrie, la vitesse du vent…

Le récapitulatif standardisé d’étude thermique
Ce récapitulatif est établi par la personne chargée de la mission de maitrise d’œuvre, si le maître d’ouvrage lui a confié une
mission de conception ou par le maitre d’ouvrage s’il assure
lui-même la mission de maitrise d’œuvre.
C’est un fichier informatique au format .xml qui comporte les
éléments de l’étude thermique. Il est établit après le calcul du
Bbio, puis complété après le calcul du Cep et de la Tic.
Son contenu est fixé par la réglementation, il comporte, entre
autres,les éléments suivants :
– les données administratives du bâtiment,
– les exigences de performance énergétique les caractéristiques thermiques et exigences de moyens :
- les valeurs du Bbio, Bbiomax, Cep et Cepmax,
- la valeur de la SHONRT du bâtiment utilisée dans les calculs,
- pour les bâtiments de catégorie CE1 les valeurs de Tic et Ticréf ,
- le statut du projet de bâtiment vis-à-vis de chacune des
exigences de moyens,
– la représentation graphique de la décomposition du Bbio, du
Cep et de la Tic,
– le détail des entrées et sorties des calculs réglementaires :
- la décomposition des caractéristiques de l’enveloppe du
bâtiment, par catégorie de paroi (surfaces, orientations,
caractéristiques énergétiques…),
- la décomposition des caractéristiques des systèmes énergétiques du bâtiment,
– de manière optionnelle : l’impact des différents paramètres
sur les résultats conventionnels.

Les 8 zones climatiques définies par la RT 2012

Les scénarios conventionnels d’occupation représentent les
usages et comportements moyens des occupants d’un bâtiment. Ils sont définis sous forme de scénarios temporels horaires dont l’unité de base est la semaine.
Ils incluent des scénarios : de présence (pour le chauffage),
de ventilation, d’éclairage, de besoins d’eau chaude sanitaire,
d’apports de chaleur et d’humidité liés à la présence humaine,
d’équipements, d’apports internes…
Des scénarios de convention d’usage sont aussi intégrés dans
la méthode de calcul. Ils traitent de l’impact des occupants sur
le bâtiment. Il s’agit par exemple de la gestion des protections
mobiles, la gestion de la sur-ventilation par ouverture des
baies, la gestion des débits d’air par l’occupant… (les actions
manuelles sont transformées en automatismes correspondants aux mêmes actions).
Pour une maison individuelle le scénario prend, par exemple,
comme hypothèse une occupation 24h/24 7j/7, avec 3 semaines d’inoccupation annuelle (2 en été, 1 en hiver). La température de consigne de chaud est à 19°C de 18h à 10h du matin et
16°C durant la journée (de 10h à 18h). Les horaires d’éclairage
sont entre 7h et 9h et 19h et 22h…

   

27   

Saint-Gobain

Lexique
Classement au bruit des baies BR1 BR2 et BR3
Le classement des baies s’effectue baie par baie en fonction du classement en catégorie des infrastructures sources des nuisances
et de la situation de la baie vis-à-vis de ces infrastructures1. (distance de la façade par rapport à l’infrastructure et le type de la vue
depuis la baie).
Infrastructures de transport terrestre
Catégorie de l’infrastructure

Distance de la baie à l’infrastructure terrestre

Catégorie 1

0 - 65 m

65 -125 m

125 - 250 m

250 - 400 m

400 - 550 m

550 - 700

> 700 m

Catégorie 2

0 - 30 m

30 - 65 m

65 - 125 m

125 - 250 m

250 - 370 m

370 - 500 m

> 500 m

Catégorie 3

-

0 - 25 m

25 - 50 m

50 - 100 m

100 - 160 m

160 -250 m

> 250 m

Catégorie 4

-

-

0 - 15 m

15 - 30 m

30 - 60 m

60- 100 m

> 100 m

Catégorie 5

-

-

-

0 - 10 m

10- 20 m

20 - 30 m

> 30 m

Vue de l’infrastructure depuis la baie

Vue directe
Vue partielle ou vue masquée par
des obstacles peu protecteurs
Vue masquée par des obstacles
très protecteurs
Vue arrière

BR3

BR3

BR3

BR3

BR2

BR2

BR1

BR3

BR3

BR3

BR2

BR2

BR1

BR1

BR3

BR3

BR2

BR2

BR1

BR1

BR1

BR3

BR2

BR2

BR1

BR1

BR1

BR1

Infrastructures de transport aérien
Plan d’exposition au bruit de l’aérodrome

Zone A

Zone B

Zone C

Zone D

Hors zone

Toutes vues

BR3

BR3

BR3

BR2

BR1

1.     Voir l’essentiel de l’habitat consacré à l’acoustique des bâtiments d’habitation neufs.

   

28   

Saint-Gobain

Les solutions
Saint Gobain
L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Isolation des combles aménagés

Vitrage façade ensoleillée

Up ≤ 0,10 W/(m².K)
Up ≤ 0,14 W/(m².K)

Double vitrage de contrôle solaire
Ug ≤ 1 W/(m².K)
tl ≈ 70%
g ≤ 0,40

+ système d’étanchéité à l’air
Isolation des planchers
intermédiaires
Menuiseries extérieures
(alu, bois ou PVC)
Doubles vitrages
Uw ≤ 1,4 W/(m².K)

Occultation des
menuiseries
(alu, bois ou PVC)

Vitrages baies protégées
de l’ensoleillement
Double vitrage
Ug ≤ 1 W/(m².K)
tL > 70%
g ≥ 0,62

Isolation des planchers
sur terre-plein
Up = 0,14 W/(m².K)
Up = 0,23 W/(m².K)

Porte d’entrée
Uw ≤ 1,6 W/(m².K)

Puits
climatique

30

Saint-Gobain

Vitrage façade nord

Cloisons de séparation entre
espace chauffé et non chauffé

triple vitrage
Ug ≤ 0,7 W/(m².K)
Tl > 70%
g ≥ 0,62

Isolation thermique
par l’intérieur
Up ≤ 0,18 W/(m².K)
Up ≤ 0,25 W/(m².K)

Isolation des combles perdus

+ système d’étanchéité à l’air

Up ≤ 0,10 W/(m².K)
Up ≤ 0,14 W/(m².K)

Panneaux photovoltaïque

Isolation thermique
par l’extérieur
Up ≤ 0,18 W/(m².K)
Up ≤ 0,25 W/(m².K)

+ système d’étanchéité à l’air
Système
constructif
isolant

Isolation des
toitures terrasses
Up ≤ 0,10 W/(m².K)
Up ≤ 0,14 W/(m².K)

Isolation thermique
par l’intérieur
Up ≤ 0,18 W/(m².K)
Up ≤ 0,25 W/(m².K)

Isolation des planchers
sur vide sanitaire

+ système d’étanchéité à l’air

Up = 0,14 W/(m².K)
Up = 0,23 W/(m².K)
En bleu : les exigences applicables si des panneaux rayonnants électriques sont envisagés comme moyen de chauffage.

   

31   

Saint-Gobain

L e s e s s e n t i e l s d e l’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Vous trouverez ci-dessous des exemples de solutions offertes par les sociétés du groupe Saint-Gobain, elles ne sont pas
limitatives, d’autres configurations existent n’hésitez pas à contacter les différentes sociétés pour de plus amples d’informations.

Mu r s

Epaisseur minimale pour atteindre la cible Up ≈ 0,25 W/(m2.K)

Mur Support

Mur support

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Calimur® C20

Blocs isolants et accessoires en
billes d’argile expansée à perforations verticales et faces horizontales rectifiées
(blocs de largeur de 20cm)

R = 1,3 m².K/W

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Placomur® Maison Confort
3.80 - 13+120

Doublage collé en polystyrène
expansé.

R = 3,80 m².K/W
Up = 0,23 W/(m².K)

Placomur® Maison Confort
3.40 - 13+100

Doublage collé en polystyrène
expansé.

R = 3,40 m².K/W
Up = 0,23 W/(m².K)

Placomur® Maison Confort
3.15 - 13+100

Doublage collé en polystyrène
expansé.

R = 3,15 m².K/W
Up = 0,23 W/(m².K)

Isolation thermique par l’intérieur (ITI)

Mur support
Parpaing creux de 20 cm
(R = 0,20 m².K/W)

Brique creuse traditionnelle
de 20 cm
(R = 1,00 m².K/W)

Mur bloc béton isolant
ou brique isolante
(R = 1,30 m².K/W)

   

32   

Saint-Gobain

Mur support
Mur bloc béton
(R = 0,20 m².K/W)

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Doublage thermo acoustique
composé de :
laine minérale GR 32 120 mm
+ appuis Optima 2
+ 1 Placoplatre® BA 13.

R = 3,75 m².K/W
Up = 0,23 W/(m².K)

Doublage thermo acoustique
composé de :
laine minérale GR 32 100 mm
+ appuis Optima 2
+ 1 Placoplatre® BA 13.

R = 3,15 m².K/W
Up = 0,22 W/(m².K)

Doublage thermo acoustique
composé de :
laine minérale GR 32 100 mm
+ appuis Optima 2
+ 1 Placoplatre® BA 13.

R = 3,15 m².K/W
Up = 0,21 W/(m².K)

Mur brique
(R = 1,00 m².K/W)

Système Optima murs

Mur bloc béton isolant
ou brique isolante
(R = 1,30 m².K/W)

Isolation thermique par l’extérieur (ITE)
Mur support

Mur béton creux 20 cm

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

weber.therm PPE

PSE blanc 150 mm
λ = 0,038 W/(m.K)
+ sous enduit organique weber.therm PPE
+ finition organique.

R = 3,9 m².K/W
Up = 0,24 W/(m².K)

weber.therm Motex

PSE blanc 150 mm
λ = 0,038 W/(m.K)
+ sous enduit organique weber.therm motex
+ finition
organique.

R = 3,9 m².K/W
Up = 0,24 W/(m².K)

weber.therm XM

PSE 150 mm
+ sous enduit hydraulique weber.therm XM
+ finition minérale.

R = 3.9 m².K/W
Up = 0,24 W/(m².K)

weber.therm XM Ultra 22

Mousse résolique 90 mm
λ = 0,022 W/(m.K)
+ sous enduit hydraulique weber.therm XM
+ finition minérale.

R = 3.9 m².K/W
Up = 0,24 W/(m².K)

weber.therm 305

PSE blanc 150 mm
λ = 0,038 W/(m.K)
+ enduit épais hydraulique en deux passes.

R = 3.9 m².K/W
Up = 0,24 W/(m².K)

   

33   

Saint-Gobain

L e s e s s e n t i e l s d e l’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Cellomur®

Panneaux en PSE à bords droits
pour l’ITE sous enduits
longueur 1 200 mm
largeur 600 m
épaisseur 150 mm
λ = 0,038 W/m.K

R = 3,75 m².K/W
Up = 0,24 W/(m².K)

Cellomur® Ultra

Panneaux en PSE à bords droits
pour l’ITE sous enduits
longueur 1 200 mm
largeur 600 m
épaisseur 120mm
λ = 0,032 W/m.

R = 3,8 m².K/W
Up = 0,24 W/(m².K)

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

weber.therm XM MOB

Panneau en fibres de bois
AGEPAN® THD
100 mm
λ = 0,045 W/(m.K)
+ système weber.therm XM.

R = 2,6 m².K/W
Up = 0,18 W/(m².K)

Mur bloc béton
(R = 0,20 m².K/W)

Mur bloc béton
(R = 0,20 m².K/W)

Maisons à ossatures bois (MOB)

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Isomob et système d’étanchéité
à l’air Vario Xtra

Association de laine minérale et d’un
système d’étanchéité à l’air composé de :
Isomob 32 épaisseur 120 mm,
+ Isoconfort 35 épaisseur 60 mm,
+ système étanchéité à l’air Vario Xtra
+ ses pièces dédiées
+ Placo® Impact Activ’ Air® BA 13.

R = 5,45 m².K/W
Up = 0.19 W/(m².K)

   

34   

Saint-Gobain

Cloisons séparatives entre locaux non chauffés
Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Placopan® Marine +
Placomur® Maison
Confort 3.80 13+120

Cloison de 192 mm qui associe
d’une cloison légère et
d’un doublage collé polystyrène
Cloison de 192 mm.

R = 3,8 m².K/W
Up = 0,23 W/(m².K)

Cloison séparative Placostil®
SAD 256

Association d’une SAD avec un
isolant à base de laine minérale
GR 32 épaisseur 120 mm.

R = 3,75 m².K/W
Up = 0,22 W/(m².K)

100
à 160
48

236 à 296

48

2 x 12,5

2 x 12,5

To itu r es

Epaisseur minimale pour atteindre la cible Up ≈ 0,14 W/(m2.K)

Combles perdus

Type support

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

IBR
+ système d’étanchéité
Stopvap

Isolation à dérouler
thermo-acoustique des combles
perdus faciles d’accès associant
une laine minérale IBR 260 mm,
une membrane Stopvap et ses
pièces dédiées.

R = 6,50 m².K/W
Up = 0,14 W/(m².K)

Comblissimo
+ système d’étanchéité
Stopvap

Isolation à souffler thermo-acoustique des combles perdus difficiles d’accès
associant
une laine minérale Comblissimo
305 mm,
une membrane Stopvap et ses
pièces dédiées.

R = 6,50 m².K/W
Up = 0,14 W/(m².K)

Plancher bois

Plancher bois

   

35   

Saint-Gobain

L e s e s s e n t i e l s d e l’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Combles aménagés

Type de toiture

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Isoconfort 35 + système
d’étanchéité à l’air Vario toiture

Isolation thermo acoustique
composé de :
laine minérale Isoconfort 35
60 mm + 240 mm
+ suspente Intégra 2
+ membrane vario et pièces
dédiées
+ 1 Placoplatre® BA 13.

R = 8,55 m².K/W
Up = 0,13 W/(m².K)

Isoconfort 35 + système
d’étanchéité à l’air Vario toiture

Isolation thermo acoustique
composé de :
laine minérale Isoconfort 35
80 mm + 240 mm
+ suspente Intégra 2
+ membrane vario et pièces
dédiées
+ 1 Placoplatre® BA 13.

R = 9,10 m².K/W
Up = 0,13 W/(m².K)

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Stisolétanch® VL 250
+ Stisol® Drainage
(si toitures végétalisées)

Solution d’isolation en PSE
pour toitures inaccessibles ou
végétalisées
Epaisseur de l’isolant : 250 mm.

R = 6,95 m².K/W
Up = 0,14 W/(m².K)

Stisolétanch® 240

Solution d’isolation en PSE
pour toitures accessibles
(avec protection dure ou dalles
sur plots)
Epaisseur de l’isolant : 240 mm.

R = 7,05 m².K/W
Up = 0,14 W/(m².K)

Charpente fermettes

Charpente traditionnelle

Toitures terrasses

Type de support
Maçonnerie ou bois

Maçonnerie, béton cellulaire
bois.

   

36   

Saint-Gobain

type de support

Dénomination commerciale

Descriptif de la solution

Performance

epsitoit 20

Solution d’isolation en PSE
pour toitures inaccessibles
ou végétalisées
Epaisseur de l’isolant : 250 mm.

R = 6,95 m².K/W
Up = 0,14 W/(m².K)

epsitoit 25

Solution d’isolation en PSE
pour toitures accessibles
(avec protection dure ou dalles
sur plots)
Epaisseur de l’isolant : 240 mm.

R = 7,05 m².K/W
Up = 0,14 W/(m².K)

Maçonnerie ou bois

Maçonnerie

Systèmes d’étanchéité à l’air
Dénomination commerciale

Descriptif de la solution

weber.mur int’air

Revêtement technique intérieur projeté
à base de gypse permettant de renforcer
les performances d’étanchéité à l’air
de l’habitat des murs maçonnés.

Dénomination commerciale

Descriptif de la solution

aéroblue®

Revêtement technique intérieur projeté
à base de gypse permettant de renforcer
les performances d’étanchéité à l’air
de l’habitat des murs maçonnés.
Compatible avec tous les systèmes
d’isolation (collés ou sur ossatures).

37

Saint-Gobain

L e s e s s e n t i e l s d e l’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Dénomination commerciale

Descriptif de la solution

Système Opt’air

Solution pour l’étanchéité à l’air des murs
maçonnés associant une membrane
d’étanchéité à l‘air Opt’air et une gamme
d’accessoires dédiés.

Système vario Toiture

Solutions pour l’étanchéité à l’air des combles
aménagés associant une membrane
d’étanchéité hygro-régulante Vario
et une gamme d’accessoires dédiés

Système Stopvap Toiture

Solutions pour l’étanchéité à l’air des combles
aménagés associant une membrane
d’étanchéité Stopvap et une gamme
d’accessoires dédiés

Source optm372.eps

S o ls

Epaisseur minimale pour atteindre la cible Up ≈ 0,23

Plancher sur terre-plein
Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Maxidall® MI

Panneau en polystyrène expansé
pour isolation sous dalle
Epaisseur 150 mm.

R = 4,15 m².K/W
Up = 0,23 W/(m².K)

Maxissimo®

Panneau en polystyrène expansé
pour isolation sous chape
Epaisseur 130 mm.

R = 4,25 m².K/W
Up = 0,23 W/(m².K)

Plancher duo
Maxidall® MI
Stisodall® Ultra

Association d’un isolant sous
dalle en PSE Maxidall® MI
d’épaisseur 150 mm
et d’un isolant sous chape en PSE
Stisodall® Ultra 62 mm.

R = 6,15 m².K/W
Up = 0,16 W/(m².K)

   

38   

Saint-Gobain

Plancher sur vide sanitaire
Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Hourdisol®/Voutisol®

Entrevous en PSE compatible
toutes poutrelles.

Up = 0, 23 W/(m².K)

Hourdisol®/Voutisol®
+ Stisodall ® Ultra 62

Plancher duo composé d’un
entrevous PSE et d’un isolant
sous chape
Hourdisol®/Voutisol®
Up = 0,23 W/(m².K)
Stisodall® Ultra 62 R = 2 m².K/W

Up = 0, 16 W/(m².K)

Système Epsilon®

Réduction des ponts thermiques
de rives et refend
(gain de 20% de la performance
globale du plancher).
Entrevous Hourdisol®
Up = 0,23 W/(m².K)
Correcteurs de ponts thermiques
Rupsilon®

Up = 0, 23 W/(m².K)
ψT ≤ 0,27 W/m.K
ψL ≤ 0,13 W/m.K

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Placo® voute

Entrevous en polystyrène moulé.

Up = 0,92 W/(m².K)
ψmoyen < 0,4 W/m.K
ψmoyen ≤ 0,4 W/m.K

Planchers intermédiaires

V e nti l atio n

Puits Climatique

Dénomination commerciale

Descriptif de la solution

PAM ELIXAIR

Système de puits climatique en fonte ductile
titulaire d’un avis technique CSTB.

   

39   

Saint-Gobain

L e s e s s e n t i e l s d e l’ h a b i tat

9

La réglementation thermique 2012 appliquée aux maisons individuelles

Syst è me photovo lta ïqu e pou r toitu r e

Dénomination commerciale

Descriptif de la solution

SG Solar Powermax®

Système photovoltaïque à base de panneaux
couche mince CIS Avancis
Rendement surfacique = 126 Wc / m²
Energie produite : 130 kWh /m² / an,
basé sur une installation de 35 m² avec
panneaux Powermax Strong de puissance
135Wc, de pente 30°, exposée Sud pour un
ensoleillement de 1200 kWh/ m²/an
(correspond à la région de Lyon)

Me n u iser i es extér i eu r es

Portes, fenêtres et volets-roulants


Type de menuiserie
Menuiserie PVC

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution

Performance

Maxitherm
Effybelle

Dormant monobloc avec profil à
recouvrement de 10 mm. Double
vitrage de 24 mm 4/16/4 ITR +
Argon. Double joint d’étanchéité.
Ouvrant de 70 mm d’épaisseur 5
chambres. Blanc RAL 9016 autres
coloris nous consulter. Options
intercalaire Warm-edge et triple
vitrage.

Uw = 1,4 W/(m².K)

Bloc Baie Invisible

Réunissant les avantages esthétiques d’un coffre linteau (invisible
de l’intérieur), la simplicité de
pose d’un bloc baie (menuiserie
+ coffre volet roulant intégré) et
de hautes performances énergétiques, le Bloc-Baie invisible est la
solution pour maitriser la perméabilité à l’air.

0,4 < UC < 1,7 W/m².K

Modèle plein Sélénium

Ud = 0,9 W/m².K

Modèle 3 hublots Hassium

Ud = 1,2 W/m².K

Modèle Curium avec occulus

Ud = 1,6 W/m².K

Volet roulant

Portes d’entrée aluminium

TEMPO +
OPALE +

   

40   

Saint-Gobain

V itr aG E S

application
triple vitrage itR
pour climat froid

Dénomination
commerciale

Descriptif de la solution
(en mm)

Performance

CliMatOP lUX

4 sgg PLanitHERM LUX
14 mm gaz argon
4 sgg PLaniLUX
14 mm gaz argon
4 sgg PLanitHERM LUX.

Ug = 0,7 W/(m².K)
g = 0,62
tL = 73 %

CliMaPlUs UltRa n

4 sgg PLaniLUX
16 mm gaz argon
4 sgg PLanitHERM ULtRa n.

Ug = 1,1 W/(m².K)
g = 0,63
tL = 80 %

CliMaPlUs sUn

4 sgg PLaniStaR SUn
16 mm gaz argon
4 sgg PLaniLUX.

Ug = 1,0 W/(m².K)
g = 0,38
tL = 71 %

double vitrage itR pour climat
froid et tempéré

double vitrage itR
et de contrôle solaire
pour climat chaud et/ou façades
ensoleillées

Tous les vitrages isolants fabriqués par les unités de production de Glassolutions bénéficient du marquage naviglass (www.naviglass.com) et satisfont au cahier des charges
de la certification CEKAL.

Mieux prescrire les vitrages avec l’application
SGG GLASS COMPASS de Saint-Gobain Glass

Cette application pour tablettes et smartphones,
inédite et gratuite, permet à ses utilisateurs de
prescrire et de choisir les vitrages les mieux adaptés,
pour une habitation confortable en toute saison.
En fonction de la localisation géographique, du besoin de performances
et du confort souhaité, sgg GLaSS CoMPaSS propose les vitrages les plus
performants en termes d’isolation thermique et de protection solaire.
L’application sgg GLaSS CoMPaSS est disponible sur app Store et Google play.
Une version internet est également disponible sur www.glass-compass.com.
La méthodologie (logiciel utilisé) et l’exactitude des calculs effectués pour SGG GLASS COMPASS ont été validées par le TÜV Rheinland, organisme allemand
de certification.

41

Saint-Gobain

Les formations
Saint-Gobain
L e s e s s e n t i e L s d e L’ h a b i tat

9

Pour vous initier, vous perfectionner ou vous spécialiser à un métier du bâtiment .

22 sociétés* du Groupe Saint-Gobain associent aujourd’hui, leur expertise pour vous accompagner dans vos démarches de conception, de construction, de rénovation et de vente.

Une offre complète et segmentée
Plus de 75 stages vous sont proposés répondant à 10 thématiques spécifiques :
• Systèmes constructifs
• Façades et menuiseries extérieures
• Isolation et étanchéité
• Aménagement intérieur et finitions

• Protection incendie
• Génie climatique
• Energies renouvelables
• Canalisation et systèmes

• Réglementations et solutions
• Vente

Notre offre de formation s’articule autour de 3 grands axes :
➤ La formation à la mise en œuvre
Pour s’initier, se perfectionner, se spécialiser dans un métier.
Principalement dédiées aux artisans et entreprises, ces formations traitent de thématiques variées allant de
l’enveloppe du bâtiment, à l’aménagement intérieur, en passant par les finitions et les énergies renouvelables.
➤ La formation à la conception d’un habitat durable
Pour comprendre, appliquer, se conformer aux réglementations en vigueur.
Destinés en priorité aux décideurs et prescripteurs, ces stages détaillent les réglementations spécifiques
et relatives à chaque métier ou type d’ouvrages. ils présentent les solutions et innovations des sociétés du
groupe Saint-Gobain.
➤ La formation à la vente des produits et systèmes
Pour argumenter, convaincre ses clients pour monter en gamme et améliorer son mix.

Une offre unique sur le marché
L’originalité et l’exclusivité de notre offre réside dans la complémentarité des systèmes et solutions proposés
par les différentes marques du Groupe. Cette approche globale et transversale vise la montée en compétences de toute la filière du bâtiment. Elle donne une vision claire et pratique des solutions disponibles pour
imaginer et concevoir l’habitat d’aujourd’hui à demain.
Que vous soyez artisan, entreprise, négociant en matériaux ou prescripteur (bureau d’études ou de contrôle,
architecte, économiste de la construction, maître d’ouvrage,…), vous trouverez au fil de
notre offre de formation des programmes adaptés à vos besoins.

SAINT-GOBAIN - BP 161 - 354, rue de Meaux - 93410 Vaujours
Organisme de formation Enregistré sous le numéro* 11 78 8171878
*Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l’État

42

Saint-Gobain

Abrasifs Structure

du bâti
Aménagement
intérieur

Maison
ossature bois

Énergies renouvelables

Isolation
par l’extérieur

par l’intérieur

Menuiseries
intérieures

Menuiseries extérieures
Protection Solaire

Canalisations

* Adfors • Clipper Coramine • Ecophon • Eurobeton industrie • Eurocoustic • GIMM • Glassolutions • Isover • Les Menuiseries Françaises • Norton • PAM •
Placoplatre • Plafometal • Quantum • Saint-Gobain Glass • Saint-Gobain performance plastics • Saint-Gobain Solar • Sevax • Solar Gard • Vetrotech • Weber

Pour plus d’informations sur l’offre de formation Saint-Gobain :
service-formation@saint-gobain.com  |  www.construireavecsaint-gobain.fr
➤ N°Azur     0 810 440 440
Prix appel local

   

43   

Saint-Gobain

www.adfors.com

www.gimm.fr
tél : 04.74.64.54.44

www.construireavecsaint-gobain.fr

➤ N°Azur 0 810 440 440

Prix aPPEL LocaL

www.glassolutions.fr

www.clipper.fr
www.amenagementtertiaire.fr
www.isover.fr
www.toutsurlisolation.com

Saint-Gobain
bP 161
354, rue de Meaux
93410 Vaujours
www.quantumglass.com

➤ N°Indigo 0 820 810 820
0,118 € TTC / MN

www.saint-gobain-glass.com
➤ N°Indigo 0 820 810 820

assistance technique :

assistance technique :

0,118 € TTC / MN

➤ N°Indigo 0 825 00 01 02
0,15 € TTC / MN

www.coramine.com
www.amenagementtertiaire.fr
www.plastics.saint-gobain.com

tél : 03.25.30.52.00

www.ecophon.fr

www.saint-gobain-solar.com

www.saint-gobain-abrasives.com

www.eurobeton-industrie.com
www.sevax.com

www.pamline.fr
www.pamelixair.com

www.eurocoustic.com

www.solargard.fr

www.placo.fr
www.toutplaco.com

➤ N°Indigo 0 825 023 023

assistance technique :

0,15 € TTC / MN

www.vetrotech.com

www.plafometal.com

Centre de renseignements
techniques :

www.weber.fr

➤ N°Indigo 0 820 00 33 00

0,12 € TTC / MN

Saint-Gobain RH France (SAS) RCS Versailles 508 102 175, siège social, rue de l’ambassadeur, BP8, 78700 Conflans Saint-Honorine - Les dessins et illustrations figurant dans le présent document sont non contractuels. La reproduction, même partielle, des schémas, photos et textes de ce document est interdite sans l’autorisation de Saint-Gobain (Loi du 11/03/57). Saint-Gobain ne peut garantir le caractère exhaustif, ni l’absence d’erreurs matérielles
dans ce document. Saint-Gobain se réserve le droit de modifier les caractéristiques de ses produits en vue de leur amélioration, sans préavis Les conseils donnés dans le présent document ne le sont qu’à titre indicatif et ne sauraient engager la responsabilité des sociétés du groupe Saint-Gobain. Toute utilisation et/ou mise en œuvre des matériaux et systèmes non conforme aux règles de l’art (DTU, Avis Technique, …) exonère Saint-Gobain de
toute responsabilité- Directeur de la publication : Frédéric Weiss ; Rédactrice en chef : Audrey Mollard Crédit photos : Saint-Gobain, DR -Illustrations TMG-Conception et réalisation agence Chef de Fab. Pour la dernière mise à jour, consulter : www.construireavecsaint-gobain.com – EssenAM09-mars 13

assistance technique :